Sommaire
Senior Actu

France-memoires.com : l’association recherche des témoignages de personnes âgées

L’association France-memoires.com, qui se définit comme une banque interactive de souvenirs, recherche dans le cadre de la Semaine Bleue, des témoignages de personnes ayant survécus à des conflits (guerres, crises) ; de personnes ayant exercé des métiers aujourd'hui disparus, des traditions oubliées ; et des témoignages aux noms des personnes appréciées pour leur intelligence, leurs talents, leur expérience, leur culture, leur sagesse, leur générosité...


Cette association à but non lucratif, qui a vu le jour en 2000, est née de la conscience de « l’importance de la connaissance de l’histoire de leur vie dans la prise en charge des personnes âgées » et de « l’intérêt général de leurs souvenirs » affirment les créateurs de France-memoires.com.

Plus concrètement, cette banque interactive de la mémoire mise à la disposition du grand public par le biais de son site Internet vise à conserver et transmettre « nos témoignages sur le passé », « le récit de notre vécu » et « le souvenir de nos morts ».

« La transmission de la mémoire apporte un contenu concret au concept d’intergénération si souvent rabâché dans le vide des bons sentiments » remarquent très justement les responsables de ce site Internet. Et d’ajouter « il faut que la technologie Internet soit accessible aux vieillards afin qu’ils ne restent pas à l’écart de ce qui fleurit. Les personnes des autres générations -notamment les jeunes- doivent, lorsque c’est nécessaire, les aider à recueillir leurs souvenirs et à les mettre en ligne. C’est ainsi que se réalisera une forme moderne de bénévolat basée sur le partage des savoirs et des compétences ».

Et de conclure qu’ « Internet est le moyen adapté à la conservation, à la transmission et à la recherche sélective des souvenirs individuels parce que d’une part, les changements et les innovations qui ne cessent de se produire dans tous les domaines multiplient de façon exponentielle les champs du passé », et d’autre part « parce que les technologies contemporaines permettent des nouveaux modes de rapports entre les personnes et les générations ».

Quels que soient les sujets de nos souvenirs, il existe -quelque part– des personnes qu’ils intéressent. Quels que soient nos intérêts, il existe -quelque part– des personnes qui détiennent des souvenirs à leur sujet. .../...
France mémoires

Le site france-memoires.com comprend trois rubriques principales : Panthéon, Lieux de mémoire et Bibliothèque des vies.

1) Panthéon
Cette rubrique est un cimetière virtuel destiné à honorer la mémoire des morts. Les internautes y créent des blogs concernant les personnes qu’ils ont aimées et admirées, dont ils ont apprécié l’intelligence, les talents, l’expérience, la culture, la sagesse, la générosité… dont ils ne veulent pas que le souvenir se perde et dont ils souhaitent partager avec d’autres la chance de les avoir connues.

2) Lieux de mémoire
Cette rubrique est un guide (constitué de blogs créés par les internautes) destiné à faire connaître les lieux ignorés du grand public : où il s’est passé un événement présentant un intérêt historique (général ou spécifique), où continuent d’être pratiquées des modes traditionnels de travail, où il reste des traces d’une activité disparue, qui présente des caractéristiques devenues rares …

3) Bibliothèque des vies
Cette rubrique est une bibliothèque de récits de vie et de documents autobiographiques (insérés dans des blogs par les internautes) portant sur l’ensemble de la vie de ceux qui les ont rédigés ou sur certains épisodes essentiels.

Place des souvenirs et rôle des personnes âgées dans les sociétés traditionnelles, par Michel Christolhomme, vice-président de la revue Gérontologie

La vie, jadis, se déroulait dans un cadre géographique étroit et fixe (celui du village, du quartier…), impliquait un nombre limité et constant de personnes (famille, voisins, proches…), était rythmées par des activités répétitives et ponctuées par les naissances, les mariages et les morts. La transmission était essentiellement transmission de savoirs, de compétences et de connaissances directement utiles. Elle portait sur des données constitutives d’une histoire commune.

Dans cette société traditionnelle, les personnes âgées tenaient une place centrale dans le mécanisme de transmission des souvenirs qui se faisait au quotidien : au fil des conversations, au cours du travail et des activités domestiques, dans les moments de fête, de repos et de loisir…

Eclatement des vies et multiplication des souvenirs dans la société contemporaine

Aujourd’hui, chaque vie est un puzzle d’épisodes publics, professionnels et privés qui se sont déroulés le plus souvent dans des lieux géographiques et des contextes différents, ont impliqué un grand nombre de personnes n’ayant souvent plus de liens entre elles. Chacun a donc une multitude de passés et de souvenirs qu’il peut de moins en moins partager.

Les changements qui se produisent dans tous les domaines (économiques, technologiques, artistiques, sociétaux, des moeurs, des mentalités…) font que les traces du passé se multiplient de façon exponentielle et que nous éprouvons des difficultés pour ordonner et coordonner nos souvenirs. Il est souvent difficile, en effet, de « s’y retrouver » dans son propre passé : d’établir le déroulé de sa vie privée, de reconstituer sa vie professionnelle ou de se remémorer avec une précision chronologique même relative de ses lieux de vie.

Les innovations se succèdent avec une telle rapidité dans tous les domaines que nous sommes comme happés par l’immédiateté et il devient quasi impossible de réaliser les changements technologiques, sociétaux, moraux que nous avons « connus ».

Isolement et dévalorisation des personnes âgées – Préjudice général

Pour les personnes âgées, les conséquences sont :
- le sentiment de se sentir niées dans leur identité,
- la perte de leur rôle de « passeurs » entre les générations.
Mais l’absence de transmission de la mémoire n’est pas préjudiciable aux vieillards seulement, elle provoque le sentiment de déracinement et de fragilité, la perte de références chez tous et notamment les plus jeunes.

La transmission de la mémoire est à réinventer

L’enjeu actuel en matière de mémoire et de souvenirs est de deux ordres :
- pour les professionnels, il est de connaître le passé des personnes âgées dont ils s’occupent parce qu’il permet, seul, de les « reconnaître » dans leur identité, leur personnalité et leur individualité, de comprendre et de respecter leur façon de penser et de se comporter, de répondre à leurs besoins et à leurs désirs…
- pour l’ensemble de la société, il est d’organiser la collecte des souvenirs, de trouver les moyens de les conserver et de les rendre accessibles à tous de façon sélective.

Infos pratiques

Association France-Mémoires (loi 1901)

69 boulevard de Magenta
75010 Paris

Tel. 01 55 25 22 24


Publié le Jeudi 11 Octobre 2007 dans la rubrique Intergénération | Lu 7434 fois