Sommaire
Senior Actu

France - Une maison de quartier pour les personnes âgées et leurs proches

On voit se développer le maintien et l’aide à domicile des personnes âgées. Très bien. Toutefois, il ne faut pas oublier que ces aînés, qui ont la possibilité de vivre désormais chez eux plus longtemps, souffrent parfois d’une réelle solitude. L’éclatement de la cellule familiale, la maladie, la perte d’un conjoint, font que ces seniors se retrouvent aussi plus isolés, notamment dans les grandes villes où l’on ne se préoccupe guère du sort de ses voisins. Afin de tenter d’enrayer ce processus, certaines structures se mettent en place pour accueillir les personnes âgées, mais aussi leurs proches durant la journée. C’est le cas de la Maison Ouverte qui se trouve dans le 14ème arrondissement de Paris.


Dans l’enceinte de Hôpital Broussais. Au bout d’une longue rue un peu austère, une entrée entourée de plantes. Les portes bleues s’ouvrent automatiquement. L’atmosphère change d’un coup. On laisse derrière soi, les murs gris de l’hôpital et les grands immeubles qui longent cette rue, pour entrer dans l’espace évolutif et chaleureux de la Maison Ouverte. Rencontre avec Gisèle Bessac, directrice de cette structure.

« La Maison Ouverte » est une association fondée en juillet 2000 par Gisèle Bessac et présidée par le docteur Xavier Emmanuelli. « Le concept est né de la rencontre de mon expérience professionnelle et personnelle (créativité, travail corporel et développement personnel), de mon désir de travailler dans les relations humaines, d’une analyse critique d’une représentation culturelle stigmatisant la vieillesse et de la réflexion menée pour agir en amont afin d’inscrire cette phase de la vie, dans la construction et l’épanouissement » indique Mme Bessac.

Une quarantaine de personnes, en majorité des femmes, souvent âgées de 60 ans et plus, se rendent quotidiennement dans les locaux de la Maison Ouverte, qui tourne depuis juin 2003. On peut y pratiquer des activités physiques, artistiques ou manuelles, assister à des conférences, surfer sur le net, prendre un café avec une amie, lire un roman, etc. C’est un véritable lieu de vie pour les personnes âgées, leur famille et leurs proches et de rencontres entre les générations.

Dans l’entrée, une table où sont posés quelques ordinateurs portables, un peu plus loin, une autre avec les journaux du jour. Avant de pénétrer dans la pièce principale, on peut découvrir, posés à même le sol, des coussins et des jouets pour les enfants. Les personnes qui le souhaitent, peuvent venir passer un moment en famille, le mercredi après-midi par exemple. Puis on entre dans une grande salle à l’éclairage tamisé, qui compense agréablement l’absence de la lumière du jour. La décoration oscille entre le design, le contemporain et quelques meubles plus anciens.

Dans le calme, un petit groupe discute autour d’un thé. Un peu plus loin, un couple prend un café. Dans une pièce contiguë, près du salon et de la bibliothèque, plusieurs personnes sont réunies autour d’un goûter. Les gâteaux sont offerts et le thé et le café, vendus à un prix symbolique (40 centimes d’euro pour le café). Il règne dans cet endroit une atmosphère de bien-être et de douceur de vivre. On s’y sent comme chez soi.

Cependant, afin de ne pas s’installer dans la routine, le lieu est évolutif. On déplace les meubles, on change les chaises, qui passent du vert anis au rouge, on met de nouvelles fleurs... Et le succès semble au rendez-vous. « C’est une association de quartier, les gens viennent par le bouche à oreille » nous précise Gisèle Bessac. Une chose est sûre, les seniors qui s’y rendent sont tous enchantés par le lieu, qu’ils fassent de la photo, du Taï-Chï, de l’Ikebana (art floral japonais) ou encore de la sophrologie. Tous viennent, reviennent et se passent le mot…

Comme le souligne une femme âgée de 63 ans, ancienne infirmière et habituée des lieux : « c’est un endroit ouvert et original. Une fois à la retraite, j’ai eu besoin de rencontrer des personnes qui se posaient les mêmes questions que moi. Il ne faut pas croire, cette étape de l’existence est une expérience extrêmement difficile à vivre. Des lieux comme celui-ci permettent de se sentir mieux, on peut se retrouver ». De son côté, un monsieur qui vient en couple avec sa femme ajoute qu’il s’agit d’un « lieu magique, l’ambiance est chaleureuse et agréable. Ici, le contact se fait tout de suite. Je viens pratiquer le Taï-Chi, le professeur est extraordinaire. Il y a de plus en plus de monde à son cours, c’est plutôt bon signe ». L’une des femmes attablées autour du goûter explique qu’elle s'y rend presque tous les jours : « je vais à l’atelier d’écriture. Parfois je viens juste pour rédiger quelques mots. Je ne pourrais pas le faire dans un café. Il faut vraiment multiplier les maisons ouvertes ».

Justement, petit à petit, l’idée de multiplier le nombre de « Maison Ouverte » semble faire son chemin. Le mois dernier, Mme Catherine Vautrin secrétaire d’Etat aux Personnes âgées a visité cette structure et une charte pourrait être mise en place afin de pouvoir « franchiser » ce concept dans d’autres quartiers voire d’autres villes de France.

Enfin, de manière à rendre cette structure plus accessible, un service de transport devrait être mis en place prochainement. Il permettra aux adhérents de l’association, résidant dans le 14ème arrondissement et ayant des difficultés à se déplacer, de se rendre à la Maison Ouverte et de retourner chez eux pour trois euros l’aller/retour. Le système fonctionnera sur réservation 24h à l’avance. Un accompagnateur-chauffeur est actuellement en cours de recrutement.

Le budget annuel moyen pour une structure de ce type s'élève à environ 280.000 euros.

La Maison Ouverte (hôpital Broussais)
102, rue Didot
75014 Paris
Tel. 01 45 45 11 78
Contact : Gisèle Bessac

France - Une maison de quartier pour les personnes âgées et leurs proches


Publié le Mardi 22 Mars 2005 dans la rubrique Social | Lu 2800 fois