Sommaire
Senior Actu

France - Un point sur la presbytie à l'occasion du dernier Silmo


Le Silmo (Salon international d’optique et lunetterie, Porte de Versailles) qui se termine aujourd’hui, a été l'occasion de faire le point sur la presbytie, évolution naturelle de la vue qui touche les plus de 40 ans. En effet, avec le vieillissement de la population française, le nombre de personnes, et notamment le nombre d'actifs, souffrant de presbytie augmentent. En 1998, les plus de 50 ans représentaient déjà 20 % des actifs et ce chiffre ne cesse de croître. Le besoin et la demande en correction visuelle vont donc évoluer en conséquence. Les professionnels du secteur l'ont bien compris et se tournent de plus en plus vers les quinquagénaires, en matière de recherche mais aussi de communication. Ainsi, les publicités pour lunettes et autres lentilles commencent à mettre en scène des boomers ou même des sexagénaires. Certaines marques, choisissent une personnalité, comme Optic 2000 avec Johnny Hallyday, ou encore Atol avec le chanteur Antoine. D’autres, comme Alain Afflelou, présentent un couple de retraités, bien tranquille, à ceci près que la femme apporte à son mari la soupe du jour en dansant…

Il existe heureusement de nos jours plusieurs corrections disponibles, et de plus en plus perfectionnées. Les verres progressifs par exemple permettent de voir « net » à toutes les distances, grâce à une surface optique sophistiquée conçue à partir de l'observation du mouvement des yeux et des besoins visuels. Le regard passe en douceur de la vision la plus proche à la vision intermédiaire puis à la vision de loin, sans aucun effort. Le site des verres varilux (Essilor) illustre d’ailleurs très bien le phénomène. Les verres mi-distance permettent de voir net de près ainsi qu’à mi-distance, soit de un à cinq mètres selon les corrections. Dernières nées des corrections de la presbytie : les lentilles progressives, qui permettent de voir net instantanément, de près jusqu'à l'infini. Cette lentille qui comporte deux zones distinctes, est basée sur le principe de la vision alternée : une vision de loin centrale -le regard est dirigé droit devant- et une vision de près périphérique -le regard se porte vers le bas.

La presbytie, ce vieillissement de l'œil ne concerne en fait qu'une de ses parties, le cristallin ; lentille optique qui fait converger les rayons lumineux. Il possède la propriété de changer de forme suivant la distance à laquelle on regarde. Cette capacité de mise au point est appelée l'accommodation. Elle fonctionne à partir d'une dizaine de centimètres jusqu'à l'infini. Avec la presbytie, le cristallin perd de sa souplesse, se bombe de façon insuffisante et s’accommode difficilement, d'où une difficulté croissante à voir de près. Les bras ne semblent plus assez longs pour lire le journal, les séances de maquillages deviennent de plus en plus éprouvantes, il faut se rapprocher de la lumière pour lire, etc.

Présente lors de ce Silmo 2003, une société américaine « Telesensory », qui propose une autre façon de pallier la presbytie et d’aider les déficients visuels, grâce à des « téléagrandisseurs ». Ce type d'appareils agit telle une loupe et permet de lire plus facilement les petits caractères, comme les notices de médicaments, les chèques, les factures, etc. Placé au dessus d’un texte ou d’une photo, le téléagrandisseur retransmet les phrases ou les images sur un écran couleur ou noir et blanc, agrandies jusqu’à 60 fois pour les plus puissants. « Telesensory » propose ainsi une large gamme d’appareils fixes ou portatifs, baptisés Aladdin, Pico ou Olympia (ce dernier étant nominé pour le Silmo d’or 2003).



Publié le Lundi 20 Octobre 2003 dans la rubrique Divers | Lu 1498 fois