Sommaire
Senior Actu

France – Un débat 'Notre Temps/Seniorscopie' autour de l'évolution du tourisme senior


Partant du constat que l’espérance de vie ne cesse de s'accroître, que l’âge de la retraite va graduellement progresser, qu’à l’horizon 2020 les quinquagénaires d’aujourd’hui représenteront une population très importante de septuagénaires, et que, par conséquent, l’offre touristique devra s’adapter aux changements de la demande, le « petit déjeuner débat », organisé jeudi à Paris par Notre Temps-Seniorscopie de Bayard, s’est déroulé sous le thème des évolutions et perspectives du tourisme senior.

Intitulée « Le tourisme senior : une demande spécifique, une offre ciblée », la conférence s’est tenue en présence de plusieurs participants : Didier Bertrand, directeur de la stratégie de Vacances Bleues, François Feuillet, P-DG de Trigano, et Bernard Schéou, chercheur et maître de conférences à l’Université de Perpignan.

Différents phénomènes ont été soulignés par les organisateurs à cette occasion. La demande des seniors en matière de tourisme évolue rapidement et devient de plus en plus affinée. L’allongement des carrières, conséquence de la réforme des retraites, ne sera pas sans incidence sur la consommation des loisirs. Les baby-boomers français, qui vivraient une certaine « aversion » pour le travail, semble être une chance pour l’industrie du tourisme. Sans oublier que les plus de 50 ans détiennent les plus haut revenus et qu’ils partent « plus, plus loin, plus souvent et plus longtemps ».

Selon l’étude menée par Bernard Schéou (« Le tourisme à l’âge de la retraite », La Documentation française, 2002), qui portait sur une population de 60 ans et plus, le vieillissement démographique s’accompagne d’une amélioration de la santé et d’une meilleure insertion familiale et sociale. Les seniors sont une génération de citadins, de plus en plus motorisés, et sont presque aussi autonomes dans l’organisation de leurs séjours que les plus jeunes. L’évolution économique est cependant incertaine : si les revenus des retraités ont rattrapé ceux des actifs, ils affichent de fortes inégalités. Beaucoup de retraités ne partent pas en vacances, en raison des contraintes financières, familiales ou de santé. D’autre part, l’étude démontre un manque « flagrant » d’intérêt pour les seniors, longtemps « oubliés » par les professionnels du marketing, en ce qui concerne les stratégies d’hébergement : aucune étude complète n’a été faite sur les pratiques des hôteliers, même si les seniors sont la clientèle principale de l’hôtellerie. Enfin, on constate un désengagement croissant des organismes qui autrefois subventionnaient les vacances de retraités (caisses de retraite), affirme l’ouvrage.

Pour le directeur de la stratégie des Vacances Bleues, on ne peut parler d’ « un » senior, mais « des » seniors. Selon lui, avec les baby-boomers, la notion des seniors va évoluer. Le mot-clé de la stratégie du groupe est, par ailleurs, « intergénération », une formule qui élargit la cible (les seniors) à toute la famille, permettant aux grands-parents de partir en vacances avec leurs petits-enfants.

Enfin, le groupe Trigano, qui produit et commercialise des camping-cars, part du principe que les plus de 55 ans, n’ayant généralement plus d’enfants à charge, peuvent enfin accéder à ce qu’ils ont toujours eu envie de faire. Ils retrouvent le pouvoir sur le temps, veulent l’exploiter et n’ont plus forcément envie de partir à date fixe, dans un seul endroit. D’où la réussite de la « résidence mobile » auprès des seniors : en effet, la moyenne d’âge de la clientèle de Trigano se situe à environ soixante ans.
France – Un débat 'Notre Temps/Seniorscopie' autour de l'évolution du tourisme senior


Publié le Jeudi 12 Février 2004 dans la rubrique Tourisme et loisirs | Lu 2349 fois