Sommaire
Senior Actu

France - Un accident de car soulève la question de la limite d'âge des chauffeurs


Suite à l’accident d’autocar qui a eu lieu samedi matin sur le N7 à Saint-Martin d’Estreaux (Loire) impliquant un conducteur âgé de 70 ans, lui-même blessé, le ministre français des Transports Gilles de Robien a demandé l’ouverture d’une enquête administrative ; cet accident de la route soulève par ailleurs la question de la limite d'âge des chauffeurs de cars.

La Direction régionale de l'équipement doit se rendre aujourd’hui au siège de la société Anselmino propriétaire de ce car, à Saint-Pierre-d'Allevard dans l’Isère (38), afin vérifier les conditions d'emploi du chauffeur, en raison de son âge. Le Code de la route ne semble pas lui interdire de prendre le volant mais la conformité de son emploi avec la législation sociale est jugée plus incertaine. Selon le dirigeant de cette entreprise, ce chauffeur travaillait pour Anselmino depuis une cinquantaine d’année, soulignant qu’il n’avait jamais connu de problèmes auparavant. C'est d'ailleurs pour son expérience que cette entreprise avait fait appel à ce conducteur du car : « Notre choix est de faire confiance à des gens d'expérience plutôt qu'à des jeunes », a affirmé le PDG de l'entreprise, Noël Anselmino. Et d’ajouter : « il faut tordre le cou à cette idée qu'à 70 ans on n'est plus bon à rien ».

Cet autocar transportait à son bord 52 personnes dont 43 adolescents âgés d'au moins 12 ans, et neuf adultes dont deux conducteurs. Ils revenaient de classe de neige. Le véhicule est sorti de la route vers 2 heures du matin avant de tomber dans un fossé après avoir heurté des glissières de sécurité. Selon la préfecture de la Loire, l’accident serait dû au brouillard et au verglas. Sept personnes ont été grièvement blessées et quarante-cinq légèrement, toutefois leurs jours ne sont pas en danger.

Le chauffeur était en règle et n’avait pas consommé d’alcool, selon les gendarmes. Il détenait un permis de conduire valide et aurait a priori passé toutes les visites médicales requises pour conduire à un âge avancé.

Le ministre des Transports a estimé qu' « on ne pouvait pas faire l'économie d'une nouvelle réflexion sur les conditions de conduite » de cars, suggérant notamment des visites médicales plus fréquentes. « L'accident pose un certain nombre de questions sur l'âge des conducteurs et les contrôles de santé », a-t-il déclaré à l'AFP. « On peut peut-être envisager d'avoir des contrôles médicaux à des rythmes plus rapprochés », a-t-il ajouté.

Force Ouvrière a réagi dès samedi en réclamant que soit envisagée une limitation de l'âge des chauffeurs de car. Pour Gérard Apruzzese, secrétaire général du syndicat, « le ministre des Transports, ne pourra plus faire l’économie d’un débat et de décisions quant à l’âge limite d’exercice de la profession, notamment sur des missions de ce type ou sur le transport scolaire ». Il a évoqué les « dérives fréquentes » que sont « le recours à des conducteurs âgés qui ont terminé leur carrière ou qui sont des retraités d'autres secteurs ». Et M. Apruzzese de souligner que « les conducteurs doivent tous les trois ans passer une formation de trois jours » et « à partir de 60 ans, une visite médicale est obligatoire chaque année ».

Aucune limite d'âge n'est requise pour l'obtention du permis D (car), mais des contrôles médicaux sont obligatoires, tous les cinq ans jusqu'à 60 ans, tous les deux ans entre 60 et 76 ans et tous les ans après 76 ans (art R221-11 du code de la route). La visite médicale est établie par la commission médicale des préfectures. Il s'agit d'une contrainte spécifique aux conducteurs de car.

D'autres éléments que l'âge du chauffeur pourraient être pris en compte pour déterminer les responsabilités de l'accident. Pour sa part, l'association « Sécurité RN7-RN82 Loire nord-sud Allier » dénonce la dangerosité de cette partie de la RN7.
France - Un accident de car soulève la question de la limite d'âge des chauffeurs


Publié le Lundi 17 Janvier 2005 dans la rubrique Transports | Lu 5363 fois