Sommaire
Senior Actu

France – Traitement hormonal de substitution : les autorités sanitaires révisent leurs positions

(1534 signes)


Déjà, au mois de mai dernier, les premiers résultats de l’étude américaine WHI (Women’s Health Initiative) amenaient l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de la santé (Afssaps) à recommander la prescription des traitements hormonaux de substitution (THS) chez les femmes ménopausées avec la plus grande prudence, au cas par cas.

Aujourd’hui, les derniers résultats de l’étude américaine, ajoutés à ceux de l’étude anglaise Million Women Study (MWS) - qui porte sur plus d’un million de femmes ménopausées - confirment les risques de cancer du sein et de thrombose liés aux THS. Quelques données suggèrent des risques accrus de cancer de l’ovaire et d’accidents cardio-vasculaires. Et contrairement à ce qui était attendu, aucune conclusion ne met en évidence un effet protecteur de ce traitement sur les troubles cognitifs. Pire, les THS pourraient même accroître le risque de démence chez les femmes de plus de 65 ans.

Suite à ces nouveaux résultats, les recommandations de l’Afssap – exposées dans un communiqué du 3 décembre – sont drastiques. Les prescriptions des traitements hormonaux doivent être faites dans leurs dosages minimums, pour de très courtes durées à des femmes souffrant de fortes bouffées de chaleur et désirant vraiment suivre ce type de traitement.

Les résultats d’une étude sur les femmes françaises sous THS dirigée par le Pr. Françoise Clavel doivent être publiée dans les mois à venir. En France, plus de 10 millions de femmes sont ménopausées, et 2 millions sont sous traitements hormonaux…




Publié le Vendredi 5 Décembre 2003 dans la rubrique Santé | Lu 682 fois