Sommaire
Senior Actu

France Trafic en temps réel : la carte routière du futur inventée par Michelin

Depuis 1889, la société Michelin fait tout pour faciliter la mobilité des personnes tout en améliorant leur sécurité sur les routes de France et de Navarre… Des pneus aux cartes et guides en passant par les panneaux de signalisation, cette entreprise de plus de 100.000 salariés qui a équipé des Formule 1, la navette spatiale mais également les véhicules de « monsieur toutlemonde », propose aujourd’hui une carte routière révolutionnaire… En effet, à partir de début mai, Michelin commercialisera la carte « France Trafic en temps réel » qui permettra d’accéder à l’information trafic sur l’ensemble de l’Hexagone à partir de « flashcode ». Profitons de la présentation de cette carte du futur pour revenir sur les grandes dates qui ont marqué l’histoire de la carte routière et sur l’Aventure Michelin (Clermont-Ferrand), une exposition permanente dédiée à l’histoire du groupe.


La carte Michelin « France Trafic en temps réel »

Carte routière papier ou support d’information numérique actualisé en temps réel… pourquoi choisir ? Aujourd’hui, le géant du pneu, Michelin, invente la carte routière interactive et fait entrer la cartographie papier dans l’ère du temps réel. La clé de cette innovation : des flashcodes, sorte de codes-barres en deux dimensions.

Avec la carte « France Trafic en temps réel », commercialisée dès le mois de mai 2010, il sera désormais possible d’accéder à l’information trafic de ViaMichelin sur l’ensemble du territoire hexagonal à partir des 21 villes présentes sur la carte et disposant d’un flashcode.

Outre la préparation classique d’un itinéraire, cette carte « deux en un » va permettre de connaître le niveau de fluidité du trafic de la zone dans laquelle se rend l’utilisateur, les bouchons et les accidents en temps réel. Il peut ainsi adapter de façon optimale son parcours à tout moment. La manipulation est ensuite extrêmement intuitive : une fois l’application lancée et la ville de destination choisie sur la carte, le simple fait de photographier le code-barres avec le capteur photo du téléphone mobile entraîne l’affichage sur l’écran de l’information trafic actualisée en temps réel. Il est ensuite possible d’effectuer des zooms sur la zone choisie ou de parcourir le réseau routier grâce à l’écran tactile.

Pour ce faire, rien de plus simple : il suffit d’installer sur son iPhone (élément indispensable !) deux applications gratuites MobileTag et ViaMichelin. Chaque code-barres « flashé » (ou photographié) renvoie alors vers l’information trafic ViaMichelin de la ville correspondante et de ses alentours. Une grande première dans l’univers des cartes !

Cette innovation cartographique intervient à une date clé pour Michelin. En effet, le manufacturier clermontois célèbre en 2010 un centenaire de cartographie routière. De fait, depuis la première carte routière de France, en 1910, Michelin s’est employé un siècle durant à offrir aux automobilistes des informations touristiques et routières, précises et fiables pour faciliter leurs déplacements.

De l’organisation des réseaux routiers en itinéraires à l’informatisation et à l’utilisation d’images vectorielles, Michelin célèbre ainsi l’anniversaire de cette aventure cartographique en organisant une exposition temporaire, au sein du musée du Groupe à Clermont-Ferrand (L’Aventure Michelin). Baptisée « Itinéraire Bis », cette
exposition sera ouverte aux visiteurs du 9 avril au 31 décembre 2010 (voir encadré ci-dessous).

La commercialisation de la carte « France Trafic en temps réel » est prévue le 3 mai 2010 au prix de 6,95 euros.
France Trafic en temps réel : la carte routière du futur inventée par Michelin


L’exposition temporaire Itinéraire Bis

Expo Michelin : L'itinéraire Bis
Au moment de lancer la première carte routière interactive, Michelin célèbre un siècle de cartographie au service des voyageurs. Pour retracer cette histoire qui a débuté en 1910, le manufacturier a conçu une exposition temporaire, baptisée « Itinéraire Bis », qui a ouvert ses portes le 9 avril et sera accessible jusqu’au 31 décembre 2010.

Au sein de l’Aventure Michelin (musée du Groupe à Clermont-Ferrand), un espace dédié permet aux visiteurs de découvrir tous les secrets des cartes Michelin : de la conception à la fabrication, sans oublier leur actualisation. Un atelier interactif leur permet de construire une carte pour comprendre le principe d’empilement des couches. Ils réaliseront également l’intérêt du choix des différentes échelles grâce à une mise en scène des nombreux produits de la gamme.

Autre temps fort de l’exposition : un voyage dans le temps et dans l’espace qui permet aux visiteurs de remonter jusqu’en 1908, avec la carte prototype des environs de Clermont-Ferrand. Différentes cartes et publicités anciennes montrent aussi l’évolution de la carte (entrée dans notre quotidien) et son internationalisation, en même temps que celle du groupe Michelin.

Enfin, un troisième espace est tourné vers l’avenir. Sur la base des réponses au mini-questionnaire distribué dès l’entrée de l’Aventure Michelin, le visiteur accède à une manipulation de « réalité augmentée ». Explications : à partir d’une feuille de papier, celui-ci se voit sur un écran en train de manipuler une carte qui prend vie, avec du relief, du trafic et de l’information selon ses souhaits.

Le visiteur peut aussi visionner de courts films humoristiques, qui mettent en avant la complémentarité papier-numérique (cartes-GPS). Enfin, la dernière innovation technologique en date, avec la carte « France Trafic en temps réel » a également sa place. Les visiteurs disposant d’un appareil iPhone pourront flasher les codes-barres sur la carte et tester l’affichage immédiatement sur l’écran du téléphone de la circulation routière en temps réel…

Michelin célèbre cent ans de cartographie

Extrait Carte Michelin Caen-Rouen 1922
Depuis plus d’un siècle, Michelin propose, avec ses cartes routières, une aide précieuse à la mobilité. Mais parce que les usages des voyageurs changent, les équipes cartographiques Michelin sont restées attentives aux attentes des utilisateurs et ont fait évoluer les cartes au rythme des modifications observées dans leurs pratiques.

La Carte A (1910 à 1922) : une carte spécifique pour l’automobiliste
La première génération de cartes Michelin au 1/200 000e voit le jour en 1910. La France est couverte en 47 feuilles entre 1910 et 1913. Dès cette époque, le réseau routier est détaillé avec des symboles selon sa nature et sa qualité (macadam, pavés, « chaussée où l’on voit loin »…), et les distances entre les localités sont indiquées en rouge. Des informations touristiques sont également présentes, comme les routes pittoresques bordées en vert.

La Carte B (1920 à 1924) : encore plus de précisions
La palette de couleurs pour représenter les routes s’agrandit pour mieux différencier la qualité du réseau. Les « routes où l’on voit loin » restent en rouge tandis que les autres routes simplement « régulièrement entretenues » passent en jaune. Pour une meilleure sécurité, les routes sinueuses sont représentées de façon plus fine que sur la carte A.

La Carte C (de 1924-1958) : le code-couleur définitif
La carte est redessinée, les feuilles sont agrandies : la France est couverte en 36 feuilles. La couleur des routes correspond désormais à leur catégorie, afin de mettre en valeur les grands itinéraires : le rouge pour les routes principales, le jaune pour les routes secondaires, le blanc pour les autres. Le relief est supprimé, l’écriture est simplifiée : la carte est plus lisible. La légende s’enrichit de nouvelles informations touristiques comme les golfs ou les aérodromes.

La Carte D (de 1958 à 2006) : la carte repensée
Le développement du réseau routier et sa densification (rocades, déviations…) nécessitent de repenser le dessin et l’organisation de la carte pour plus de clarté. Les écritures sont désormais faites à la machine et non plus à la main. La hiérarchisation des localités (et donc la taille de leur écriture sur la carte) est faite en fonction de leur intérêt touristique (monument classé, point de vue panoramique, piscine, base de loisirs…) et non plus seulement de leur catégorie administrative (Préfecture, sous-préfectures…). La carte routière accentue encore sa vocation touristique. Les indications jugées superflues sont éliminées, la représentation des plans de ville est simplifiée. La carte D est la dernière réalisée à la main, mais déjà des outils mécaniques comme l’anneau à graver ont remplacé le tire-ligne. À partir de 1995, la carte D est informatisée. L’ordinateur remplace les outils traditionnels et transforme les dessinateurs, concepteurs, préparateurs… en un seul métier : cartographe.

La Carte E (depuis 2007) : vers la cartographie du 21ème siècle
Les cartes E sont conçues à partir de base de données numériques figées. Pour assurer les mises à jour, le fond cartographique est en partie « gommé » pour accueillir le nouveau tracé. Les modifications sont apportées au « trait numérique vectoriel », qui a la faculté d’être transformé à souhait.

Vers la cartographie du 21ème siècle

Carte Michelon Trafic en temps réel
Faciliter la mobilité des biens et des personnes : c’est la mission que s’est assigné le manufacturier clermontois. Pour la mener à bien, les équipes cartographiques ont su, depuis plus d’un siècle, s’adapter aux attentes des voyageurs et aux nouveaux usages.

Des principes forts pour un savoir-faire unique

Pourtant, le succès de Michelin sur le marché des cartes routières (leader du secteur avec 75 % de parts de marché en France) repose sur des fondamentaux qui n’ont pas varié depuis les premières cartes, et qui régissent l’information cartographique de chacune des éditions :

• L’objectivité des informations : toutes les informations exploitées par Michelin sont objectives et fiables. Elles ont toutes été collectées, soit sur le terrain, soit auprès des services officiels, ce qui leur confère une fiabilité à 100 % au moment de leur parution. De plus, cette méthode de travail permet une pré-actualité, spécifique aux cartes Michelin. Toute notification de travaux est anticipée afin de figurer sur les cartes dès l’année suivante.
• La hiérarchisation des informations : toutes les informations sont hiérarchisées en fonction non seulement de l’échelle, mais aussi de critères logiques pour la compréhension.
• La simplicité dans la restitution des informations : toutes les informations sont restituées le plus lisiblement possible. Les codes cartographiques utilisés par Michelin sont compréhensibles par tous.
• L’information au service du repère : toutes les informations sont utiles. Tout ce qui figure sur la carte doit être visible sur le terrain et utile à l’automobiliste sur la route.

Ces données sont utilisées dans l’ensemble des publications éditées par Michelin (toutes les cartes et atlas, la collection Le Guide Vert, Voyager Pratique et les guides Michelin), mais également par ViaMichelin.

L’expertise cartographique au service des voyageurs

Michelin, Affiche le Bureau des Itinéraires
Les nouvelles technologies telles que le GPS ou les sites Internet de calcul d’itinéraires ont leurs propres avantages. Mais les cartes papiers demeurent un complément indispensable :

• Elles contiennent une grande quantité d’informations pratiques (stations services, plans de villes, radars fixes…) ou touristiques (suggestions d’itinéraires, sites distingués par Le Guide Vert, musées, vignobles…), facilement lisibles. Par exemple, un partenariat signé avec l’Association Française des Voies Vertes et Véloroutes permet aux adeptes du vélo de retrouver dans les cartes Départements une sélection des pistes cyclables et Voies Vertes présentes sur le territoire.
• Elles offrent une vue d’ensemble du territoire et ne dictent pas d’itinéraire. L’utilisateur est libre de construire son parcours. Il peut aisément se positionner dans l’espace.
• Elles sont pratiques. Elles peuvent se consulter à plusieurs, sur une table ou un guidon de vélo et tiennent dans une poche. Elles peuvent également se plier, se froisser, être annotées.
• Elles sont autonomes. Elles ne nécessitent pas d’alimentation électrique. Elles ne subissent jamais de perte de réseau ou de problème de couverture.
• Enfin, elles sont peu chères. Le prix d’une carte varie entre 2,95 euros et 6,95 euros selon la collection ou le support. Ce qui constitue un véritable atout dans le contexte économique actuel.

Un outil d’aide à la mobilité aux multiples avantages

Qu’il cherche à se déplacer le plus rapidement possible d’un point A à un point B, qu’il souhaite découvrir une région, qu’il veuille explorer les moindres détails d’une zone géographique ou qu’il cherche à connaître les principaux services utiles au cours d’un trajet, le voyageur trouve toujours parmi les 300 références de la collection, une carte qui répond parfaitement à ses besoins.

La collection France se décline en quatre catégories : cartes National, cartes Région, cartes Département et cartes Zoom.

Atlas France Michelin 2010
Les cartes National Michelin, à couverture rouge, (échelle du 1/150 000e au 1/4 000 000e) permettent de préparer la traversée d’un pays en visionnant son trajet dans son ensemble.

La collection comprend neuf références pour la France et 46 pour les autres pays, avec des nouveautés comme l’Estonie, la Lettonie, la Littuanie, l’Argentine ou le Pérou. Pour s’adapter aux besoins des différents voyageurs, certaines cartes National Michelin sont également proposées sur un support papier indéchirable afin de mieux résister à l’eau et aux déchirures. Certaines d’entre elles sont millésimées, comme le best seller la carte de France 2010.

Millésimées, les cartes Région France, à couverture orange, (échelle du 1/200 000e) couvrent l’intégralité de la France en région administrative, sur support indéchirable. Les dix-sept références de cette collection se destinent aux conducteurs qui sillonnent grandes et petites routes des régions françaises. Elles permettent de connaître toute l’information utile sur chaque région : emplacement des radars fixes, stations services, plans de ville, etc. Il existe également des cartes Région, dans d’autres pays comme le Benelux, l’Allemagne, l’Espagne, la Grande-Bretagne, l’Italie, la Suisse, les USA, le Canada, la Pologne et le Portugal, à une échelle allant du 1/200 000e au 1/2 400 000e.

A couverture jaune, la collection des cartes Départements Michelin, échelle du 1/150 000e) permet de découvrir les richesses d’une zone géographique. La collection comprend 45 titres en France (avec fond cartographique satellite, sélection des plus beaux sites, pistes cyclables et Voies Vertes). La collection cartes Local Michelin, également en jaune, compte aussi neuf titres en Italie.

Enfin, les cartes Zoom Michelin, à couverture verte, (échelle du 1/53 000e au 1/160 000e) sont étudiées pour faciliter les déplacements sur une zone de forte densité géographique ou touristique. La collection comprend quatre titres « urbains » (banlieue de Paris, Environs de Paris, mini carte Paris et Environs de Lyon) et six références « touristiques » (avec indication de nombreuses activités de loisirs et des pistes cyclables et Voies Vertes) : Vallée du Rhône, Provence Carmargue, Pays Varois Gorges du Verdon, Massif de l’Estérel, Val de Loire et ses châteaux, Forêt Noire Alsace Vallée du Rhin. Les cartes Zoom Michelin Espagne comptent elles treize titres ainsi qu’une nouveauté 2010, un topo-guide « Camino de Santiago ».

Avec une légende de plus de cent symboles, dont une trentaine à vocation touristique, les atlas routiers Michelin, en complément des cartes, facilitent non seulement le déplacement, mais également le voyage et sa préparation. Ils sont également segmentés en fonction des usages des automobilistes, qu’ils cherchent des services utiles comme les radars ou les stations services, des informations touristiques, ou un petit format. La collection comprend 6 références pour la France, et 9 références en Europe et aux États-Unis.

Enfin, Michelin publie des plans de Paris, avec une gamme complète de 13 références au design moderne qui vient d’être refondue en 2010. Cette gamme comprend 6 nouveautés couvrant Paris et la proche banlieue. Adaptés à une utilisation quotidienne, ils sont légers, peu encombrants et d’une lecture facile grâce à un fond cartographique amélioré. Chaque lecteur, qu’il soit piéton, cycliste, automobiliste ou en transports en commun, y retrouve suivant les références, les informations qui le concernent, comme les pistes cyclables ou les stations Vélib’.

L’Aventure Michelin

Depuis le 31 mars 2009, l’Aventure Michelin a ouvert ses portes au grand public à Clermont-Ferrand. Située sur le site industriel de Cataroux, à l’entrée nord de la ville, cette exposition dédiée à l’histoire, au présent et au futur du groupe Michelin est à la fois thématique et chronologique. Ce nouvel espace est installé dans un ancien atelier industriel entièrement réhabilité qui donne, de ce fait, toute sa légitimité à son contenu.

Un parcours scénographique incroyablement riche permet à tout visiteur, petit ou grand, de découvrir l’Aventure Michelin avec la curiosité de son âge. De nombreux écrans et manipulations interactives permettent de se construire sa propre expérience. Cette exposition, qui couvre 120 ans d’innovations, invite à comprendre le développement des moyens de transport et de la mobilité au travers d’une incroyable idée née il y a plus d’un siècle : « rouler sur de l’air » ! Dès le hall d’accueil, le visiteur est plongé dans l’univers des innovations Michelin. La Micheline de Madagascar, autorail sur pneu conçu dans les années 1930, et un avion Bréguet construit par Michelin en 1917, invitent au voyage.

Le visiteur pénètre ensuite dans le parcours scénographique au cours duquel il traverse neuf espaces successifs aux couleurs et aux ambiances différentes. Sur un ensemble de 2000 m2 qui se répartissent sur deux niveaux, la surprise est partout : la fontaine Bibendum de la première piscine clermontoise, le premier pneu démontable champion de la course cycliste Paris-Brest-Paris (1891), l’incroyable carte de la « course aux clous », un document rarissime de plus de 5 mètres de long (1892), l’Eclair, la voiture Michelin qui a participé à la première course automobile du monde (1895)…

Un espace dédié à la publicité permet de découvrir la première affiche où apparaît Bibendum (1898) ou encore la réplique du manège qui permettait la comparaison entre la roue sur pneu et la roue cerclée de fer : l’ancêtre de la publicité comparative (1895) ! Au-delà de l’industrie du pneu, Michelin apporte une aide au voyage depuis plus d’un siècle : le visiteur partage l’épopée des cartes et guides depuis 1900, découvre le Guide distribué pour le Débarquement allié en 1944 aux soldats américains qui ne connaissaient pas la France, ou encore le Bureau des Renseignements, né en 1908 et devenu aujourd’hui ViaMichelin.

Sur le plan technique, le visiteur découvre la « cage à mouche » qui présente le principe du pneu Radial (1946), mais aussi les multiples composants qui rentrent dans la fabrication du pneu. Il peut même assister en direct à la confection d’un pneu, complexe et insoupçonnée. Après être devenu un expert de la mobilité, le visiteur fait connaissance avec les visions d’avenir des chercheurs de Michelin. Il est prêt à éprouver les sensations des essayeurs sur les pistes du centre de Recherche et de Technologie : face à un écran, assis dans un siège baquet, harnais de sécurité bouclé, il a le choix entre 3 circuits différents. Suite à cette expérience, il découvre les axes de la recherche de demain, toujours plus respectueuse de l’environnement.

En moins d’un an, plus de 55 000 visiteurs français et étrangers sont venus à l’Aventure Michelin. Site Internet www.laventuremichelin.com

A noter l’accueil des publics handicapés, pris en compte au démarrage du projet, qui a valu à l’Aventure Michelin d’obtenir dès sa première année le Label « Tourisme et Handicap » (pour les handicaps moteur, visuel, cognitif). En plus d’offrir l’accessibilité totale aux personnes à mobilité réduite, un parcours spécifique a été développé pour permettre aux personnes déficientes visuel de faire la visite en toute autonomie.


Publié le Dimanche 25 Avril 2010 dans la rubrique Tourisme et loisirs | Lu 17988 fois