Sommaire
Senior Actu

France Télécom-Orange : un nouvel accord « seniors »

Le groupe France Télécom-Orange a signé, le 31 décembre 2012, un nouvel accord sur l’emploi des seniors et les mesures en faveur des deuxièmes parties de carrières avec les organisations syndicales*. Conclu pour une durée de trois ans (de 2013 à 2015), cet accord s’appliquera à l’ensemble des personnels en France, quel que soit leur statut et dans toutes les sociétés du groupe. Détails.


Malgré un contexte économique difficile qui se traduit notamment par une baisse de l’activité et des marges du groupe, France Télécom-Orange souhaite réaffirmer, à travers cet accord, « sa priorité de préserver l’emploi de chacun de ses salariés, de soutenir l’emploi des séniors et de sécuriser les parcours professionnels » indique un récent communiqué.

Dans cet esprit, le groupe, qui va voir partir en retraite un tiers de ses effectifs d’ici à 2020, a aujourd’hui mis en place tous les éléments du futur contrat de génération : un plan de recrutement de 4.000 CDI sur trois ans notamment des jeunes et un engagement d’accueil de 5.000 alternants par an, des dispositifs de transmission des compétences et savoirs et des mesures en faveur du maintien dans l’emploi des seniors.

A cette occasion, Stéphane Richard, PDG du Groupe France Télécom-Orange a déclaré : « avec cet accord, et les résultats du dernier baromètre social, le Groupe France Télécom-Orange est en ordre de marche pour relever les défis auxquels il est confronté. »

Plus concrètement, le nouvel accord « seniors » porte principalement sur cinq domaines : aménagement des fins de carrière et transition entre activité et retraite.

En contrepartie d’une baisse modérée de leur rémunération, les salariés de 55 ans ou plus peuvent entrer dans un dispositif de temps partiel leur permettant d’aménager leur fin de carrière. Cet accord prévoit un temps partiel à 50% ou 60%, sur trois ou cinq ans, rémunérés 65% ou 75%. Il prévoit également un dispositif ad hoc pour le mécénat de compétences effectué dans des associations ou des ONG partenaires de la Fondation Orange, développant ainsi le rôle citoyen de France Télécom-Orange.

Le groupe estime à environ 10.000 le nombre de collaborateurs qui opteront pour ce nouveau dispositif. La charge totale correspondant à ce dispositif est d’environ 1,4 milliard d’euros dont 1,1 milliard d’euros comptabilisé en 2012.

Par ailleurs, le groupe s’engage à réaliser 12.000 entretiens « cap seniors » pour les salariés de 55 ans et plus sur la période des trois ans de l’accord.

Transmission des savoirs et des compétences et développement du tutorat

France Télécom-Orange mettra en place un nouveau dispositif pour assurer la transmission des savoirs et des savoir-faire. Le groupe poursuivra également ses actions en faveur du développement du tutorat, de reconnaissance du rôle de tuteur et s’engage à disposer de 2.000 tuteurs ou maîtres d’apprentissage formés sur la durée de l’accord.

Amélioration des conditions de travail

France Télécom-Orange veillera à mettre à disposition de ses salariés un environnement de travail adapté, afin qu’ils puissent poursuivre leur activité dans les meilleures conditions. Pour les salariés de 55 ans et plus, la possibilité de recourir au télétravail sera facilitée.

Développement des compétences et des qualifications et accès à la formation

Le groupe prévoit des mesures spécifiques afin de garantir l’accès à la formation des personnels âgés de 45 ans et plus, en les encourageant notamment à profiter de leur DIF.

« Ce nouvel accord seniors s’inscrit dans le cadre du contrat social de France Télécom-Orange dont la mise en œuvre progressive, depuis septembre 2010, a permis le retour à un climat social apaisé » affirme le groupe dans son communiqué.

Ainsi, les résultats du 6ème Baromètre social de France Télécom-Orange, réalisé au 2ème semestre 2012, confirment une nouvelle fois une amélioration de la qualité sociale de l’entreprise, notamment en matière de reconnaissance et de clarté de la stratégie. Globalement, la perception de la qualité de vie au travail comparée à celle d’autres entreprises s’améliore sensiblement :

- 54% estiment en effet que la qualité de vie au travail est meilleure que celle des autres entreprises (contre 49% en juin 2012 et 28% en octobre 2010)

- 90% la considèrent meilleure ou identique (contre 87% en juin 2012 et 79% en octobre 2010)

- Le pourcentage de salariés qui pensent qu’elle est plus mauvaise (3% contre 4% en juin 2012) a été divisé par plus de 5 depuis octobre 2010 (16%)

*CFDT, FO, CGC, CGT, représentant 73 % des suffrages exprimés lors des dernières élections professionnelles et plus de 80% sur la base des organisations syndicales représentatives.


Publié le Mardi 15 Janvier 2013 dans la rubrique Emploi | Lu 2482 fois