Sommaire
Senior Actu

France - Premiers résultats d'une étude sur l’allongement de la vie professionnelle


Inergie Opinion, cabinet spécialisé dans l’étude d’opinion interne, a dévoilé fin décembre 2004, les premières tendances de son étude institutionnelle auprès des entreprises françaises sur la perception qu’ont les salariés de plus de 40 ans de l’allongement de la vie professionnelle.

Selon ces premiers résultats, « pour les années qui viennent, les moins de 45 ans souhaitent plus que les autres continuer à développer leurs compétences et prendre des responsabilités supplémentaires. » Les entreprises leur proposent des formations à la fois plus nombreuses et plus ciblées : 57% des moins de 45 ans se sont vu proposer une formation au cours des douze derniers mois contre 54% en moyenne et 46% pour les plus de 55 ans. Plus de la moitié (53%) estime que ces formations prennent en compte leur expérience.

La période de 45 jusqu'à 55 ans est plus difficile. Ces collaborateurs déclarent moins que les autres avoir leur place dans l’entreprise (62% contre 69% pour les moins de 45 ans et 66% pour les plus de 55 ans). Par ailleurs, à partir de 47 ans les salariés voudraient voir diminuer leur temps de travail et les collaborateurs de plus de 50 ans souhaiteraient davantage que les autres une prise en compte de l’âge dans l’organisation du travail, notamment en termes d’aménagement du temps (44% contre 33% en moyenne) et du poste de travail (30% contre 21% en moyenne).

En revanche, il semblerait que « passé le cap des 55 ans, l’horizon se dégage», en tout cas pour les cadres. Ces derniers semblent davantage satisfaits de leurs perspectives d’avenir : 44% contre 32% en moyenne. Quasiment les deux-tiers d’entre eux (65%) envisagent sereinement de poursuivre leur carrière jusqu’à l’âge légal de la retraite, contre 57% en moyenne pour les autres catégories. Ils se montrent par ailleurs très motivés. Ceci peut en partie s’expliquer par le fait que les répondants de plus de 55 ans sont majoritairement des cadres.

Et ces résultats de souligner que « les perspectives d’avenir figurent parmi les premiers facteurs de motivation des collaborateurs de 40 ans et plus ». Or, 41% de répondants, dont la plupart ont entre 50 et 55 ans, n’envisagent pas sereinement de poursuivre leur activité jusqu’à l’âge légal de la retraite ; ils regrettent plus que les autres le manque de perspectives pour les années à venir (85% d’opinion négative contre 66% en moyenne). Ils se disent motivés d’abord par la rémunération mais aussi par leur équilibre vie professionnelle/vie privée. Ils sont également plus en retrait sur le thème du travail : organisation, autonomie, reconnaissance et conditions de travail. Moins motivés qu’il y a cinq ans, ils souhaitent plus que les autres changer d’entreprise ou de métier (8% contre 5% en moyenne).

Cette étude a été réalisée du 25 octobre au 19 novembre 2004 auprès de 2 600 salariés de 40 ans et plus. L’enquête portait sur la perception du travail, les perspectives d’avenir, la formation et la transmission du savoir faire, les facteurs de motivation et de démotivation.

Note méthodologique : Questionnaire auto administré en ligne et sur papier auprès de la population active de 40 ans et plus avec la participation de 14 entreprises des secteurs de l’industrie, du service et du commerce.

Inergie opinion est l’une des trois branches du cabinet de conseil Inergie, créé en 1986. Elle fait appel à une équipe de 12 consultants et chargés d’étude, spécialistes de l’opinion interne.


Publié le Lundi 3 Janvier 2005 dans la rubrique Emploi | Lu 3078 fois