Sommaire
Senior Actu

France - Pour la première fois l'espérance de vie dépasse les 80 ans

Pour la première fois en France, en 2004, l’espérance de vie à la naissance a dépassé les 80 ans, indique une récente étude publiée jeudi dans le bulletin « Population et Société » du mois de mars, de l'Institut national des études démographiques (Ined).


« L'espérance de vie à la naissance dépasse pour la première fois 80 ans, hommes et femmes réunis (80,2) » indique le démographe Gilles Pison dans ce dernier numéro du bulletin de l’Ined. Et de préciser qu’elle a « atteint 76,7 ans pour les hommes et 83,8 ans pour les femmes en 2004, contre 75,9 et 82,9 en 2003. Elle avait stagné cette année là en raison de la mortalité exceptionnelle de la canicule. Mais si l'on compare avec 2002, l'espérance de vie a progressé de 10 mois en deux ans ».

« C'est nettement plus que la tendance des cinquante dernières années : trois mois par an, soit six mois en deux ans » précise l’Ined en rappelant qu’il s’agit là d’une tendance de fond depuis deux siècles et demi, interrompue par les guerres napoléoniennes, et les conflits de 1870, 1914-18 et 1939-45.

« La forte augmentation de l’espérance de vie à la fin du 19ème siècle provient des progrès de l’hygiène et de la médecine liés à la révolution pastorienne, dont les enfants ont été les premiers bénéficiaires, et aussi de la mise en place des premières politiques de protection de la petite enfance » souligne le démographe.

Par ailleurs, cette étude indique, qu’actuellement, l’augmentation de l’espérance de vie « ne progresse qu'en raison des succès rencontrés dans la lutte contre la mortalité adulte, en particulier aux âges élevés, où se concentrent de plus en plus les décès ». Les avancées dans la lutte contre les cancers et les maladies cardio-vasculaires, principales causes de mortalité, « ont fait reculer la mortalité des adultes et des personnes âgées à partir des années 1970 » indique l’étude.

Et de préciser que « la mortalité due aux maladies du cœur et des vaisseaux a fortement diminué depuis un demi-siècle grâce aux progrès de la prévention et des traitements. La mortalité par cancer, qui avait augmenté, régresse maintenant grâce aux diagnostics plus précoces et au recul des comportements à risques comme le tabagisme et l'alcoolisme. »

Ainsi, en 2004, une femme de 60 ans peut espérer vivre encore 26.5 ans, soit 7.7 ans de plus qu’en 1954 et un homme du même âge, 21.5 années de plus soit six ans de plus qu’en 1954.

« La canicule a provoqué en 2003 des décès qui, autrement, se seraient peut-être produits en 2004. Mais le fait essentiel est que la diminution des décès en 2004 fait plus que compenser l'excédent de 2003 » souligne l’étude, tout en indiquant que « la canicule a changé notre comportement à l'égard des personnes âgées, avec un bénéfice sensible dès l'année suivante. Reste à voir si l'année 2005 confirmera ce progrès ».

Ainsi la population en France au 1er janvier 2005 s’élevait à 62,4 millions d'habitants, dont 60,6 en métropole selon l'Ined. La croissance annuelle n'a pas été aussi élevée depuis 30 ans. Il y a eu moins de décès en 2004 (509.000) qu'en 2003 (550.000). Par ailleurs, la France métropolitaine a enregistré 765.000 naissances en 2004, contre 762.000 en 2003. La France conserve aussi l'un des taux de fécondité les plus élevés de l'Union européenne (1,9 enfant par femme).
© Senioractu.com 2005


Publié le Jeudi 24 Mars 2005 dans la rubrique Divers | Lu 9994 fois