Sommaire
Senior Actu

France – Où vivront les seniors français au 21ème siècle ?


Dans le cadre d’un colloque intitulé « Architecture, Urbanisme et Vieillissement », organisé par AG2R prévoyance vendredi dernier au Sénat, le professeur de géographie de la Santé, Henri Picheral de l’Université de Montpellier, a exposé les grandes lignes de l’évolution démographique et géographique de la population des seniors français au 21ème siècle.

Et de rappeler qu’en 30 ans, de 1970 à 2000, le nombre de personnes âgées de 60 ans et plus est passé de 9,1 à 12,1 millions. En 2030, il se situera entre 19,5 et 20,4 millions selon les projections de l'INSEE (Omphale). De 20%, la proportion passerait ainsi de 31% de la population totale, soit presque une personne sur trois qui aurait dépassé la soixantaine dans l’hexagone.

Le professeur Picheral souligne que le vieillissement « est un processus mécanique déjà inscrit dans les faits et dans la pyramide des âges ». Le nombre de personnes âgées ne va pas cesser d’augmenter dans les vingt ans à venir. La situation actuelle et probable d’ici 2020/2030 est liée au triple jeu de trois facteurs : l’augmentation de l'espérance de vie, la fécondité qui diminue et les mouvements migratoires.

Dans cette France vieillissante, à partir de quand parle-t-on d’âge de la vieillesse ? Il semblerait que le seuil décisif soit autour des 75 ans. C’est en effet à partir de cet âge que survient la perte d’autonomie et par conséquence la dépendance. On compte ainsi actuellement 4,5 millions de français de 75 ans et plus dont 645 000 soit 14,3 % seraient vraiment « dépendants » (GIR 1 à 4 de la grille AGGIR) selon l'enquête HID de l'INSEE (1999).

Si le pays vieillit, il ne vieillit pas partout de la même manière. La démographie régionale évolue différemment. Ainsi en 2000, selon l’Insee, 20% des Français ont plus de 60 ans et 7.7% plus de 75 ans, mais « ils sont beaucoup plus nombreux au sud d’une ligne Cherbourg-Nice » souligne le professeur. Quant à la proportion de personnes dépendantes, « elle varie du simple au double entre l'Ile de France et le Limousin. ». Dans 25 ans, si en moyenne près d’un Français sur trois sera âgé de plus de 60 ans, ils représenteront 40% de la population du Limousin et presque 50%, soit une personne sur deux dans le Cantal. Et d’ajouter que « le vieillissement va encore augmenter en Auvergne, Limousin mais gagner dans les Charentes, le Poitou, la Bretagne, en Bourgogne ; en revanche, il se ralentira dans le Midi méditerranéen où il rejoindra le niveau de la région lyonnaise, voire l'Ile de France. »

Pour le professeur Picheral, il s’agit de bien distinguer plusieurs types de personnes âgées : les citadins vivant en ville et souvent en centre-ville ; les ruraux des bourgs et des petites villes ; les « vrais » ruraux des campagnes isolées et enfin, entre les deux, les citadins à la campagne dans les zones péri-urbaines ou les banlieues résidentielles. Et de souligner que « la plupart (90%) des personnes de 75 ans et plus vivent à domicile comme une large majorité (59%) des personnes dépendantes ». Toutefois, le maintien à domicile est beaucoup plus fréquent dans le sud de la France (probablement grâce au tempérament latin de cette population, qui traditionnellement n’abandonne pas ses parents âgés), alors que l'entrée en institution est majoritaire ailleurs (Rhône-Alpes, Pays de Loire)

En conclusion, M. Picheral indique qu’il ne faut plus uniquement raisonner et prévoir en termes de régions ou de départements, mais aussi à des échelles plus fines : bassins, communautés de communes, d'agglomération. Et de rappeler que les « besoins et les comportements des populations âgées diffèrent d'un espace à l'autre et d'une région à l'autre ».
France – Où vivront les seniors français au 21ème siècle ?


Publié le Lundi 29 Novembre 2004 dans la rubrique Divers | Lu 3162 fois