Sommaire
Senior Actu

France – Nécessité du dépistage de la dénutrition chez les personnes âgées


A l’occasion du rendez-vous de Nestlé nutrition qui s’est tenu le 10 juin à Paris, les docteurs Bruno Vellas, du centre de gériatrie de Toulouse, et Emmanuel Alix, du Centre Hospitalier du Mans, ont insisté sur l’importance de lutter contre la dénutrition chez les seniors, grâce au test de dépistage MNA.

Selon l’association française de protection et d’assistance aux personnes âgées (AFPAP), pratiquement 20% des seniors présentent des signes de fragilité tels qu’une perte de poids, une grande fatigue, une diminution de l'activité physique, voire une anorexie. Signes qui doivent alerter le corps médical.

Le MNA (mini nutritional assessment) permet par le biais de 18 questions de cerner immédiatement les risques de dénutrition et de prendre les mesures qui s’imposent.

La dénutrition se caractérise par une diminution des apports alimentaires et résulte inéluctablement en carences (protéines, fibres, vitamines). Bien que n’étant pas une fatalité, elle concerne 5% des personnes de plus de 65 ans vivant à domicile et entre 40 et 80% de celles résidant en institution ou à l’hôpital. Un tiers des malades Alzheimer sont dénutris.

Contrairement à certaines idées préconçues, la personne âgée a besoin d’autant de calories qu’une personne active, soit entre 1800 et 2000 par jour. Or, avec l’âge, de nombreux facteurs physiologiques engendrent une perte d’appétit. L’altération du goût vient s’ajouter à une mastication difficile, à des problèmes gastriques et à la prise de médicaments qui coupent l’appétit.

La dénutrition provoque une altération de l’état général et a notamment des conséquences sur la fragilité osseuse. Dans les cas les plus graves, elle peut entraîner le décès. Le MNA permettrait de réduire de 20% la mortalité et de 30% les placements en maison de retraite.



Publié le Jeudi 24 Juin 2004 dans la rubrique Nutrition | Lu 4548 fois