Sommaire
Senior Actu

France - Manager les quinquas, nouvel ouvrage de Serge Guérin et Gérard Fournier*

Alors qu’aujourd’hui même les partenaires sociaux doivent se retrouver au siège du MEDEF à Paris pour entamer des discussions sur l'emploi des seniors et la pénibilité de certaines professions, revenons sur le dernier ouvrage de Serge Guérin et Gérard Fournier, « Manager les quinquas, les motiver, les former, les rémunérer, les retenir ».

Entretien avec l’un des auteurs, M. Guérin, professeur associé en sciences de la communication à Lyon II.


Serge Guérin, à qui s’adresse votre nouveau livre « Manager les quinquas » ?

Avec Gérard Fournier, nous avons voulu écrire un ouvrage à la fois d'analyse et de propositions pratiques qui peuvent être discutées mais qui ont pour objet, à travers nos expériences au sein des entreprises, de renouveler la réflexion et d'ouvrir des perspectives pratiques. L'ouvrage s'adresse donc aux responsables en Ressources Humaines, aux managers et à ceux qui veulent faire bouger les choses.
France - Manager les quinquas, nouvel ouvrage de Serge Guérin et Gérard Fournier*

Sans dévoiler l'ensemble de votre ouvrage, que faut-il faire pour manager les quinquas ?

Relancer l'emploi des plus de 50 ans passe par une politique volontariste, à l'image des pays nordiques, faite d'actions de communication, d'efforts sur l'ergonomie des postes de travail, de contestation de la supposée improductivité des salariés âgés mais aussi de revalorisation des emplois de services. Il faut le dire et le redire, les êtres humains ne sont pas des yaourts et ne subissent donc pas de date de péremption ! Signalons par exemple ces salariés qui au sein de l'entreprise sont mis, ou se mettent eux-mêmes, sur le côté alors que sitôt dehors, ils animent avec alacrité des associations ou participent à la vie de la cité. L'avenir professionnel existe après 50 ans. Aujourd'hui, on devient vieux beaucoup plus tard qu'auparavant sauf au sein de l'entreprise, au nom de quelle logique ?

La question de l'emploi des seniors passe par une action de fond sur des formations utiles et à tout âge. Rappelons que les salariés de plus de 45 ans sont exclus des actions de formation des entreprises, accélérant ainsi le mouvement de dévalorisation. Une autre clé d'entrée tient à l'importance d'un travail d'écoute et de mise en perspective qui doit être mené avec chaque personne arrivant à mi-vie professionnelle. De là découlera une stratégie partagée pour l'avenir et permettra d'analyser comment le senior fait face à son avenir professionnel.

Quelles sont les grosses erreurs à ne pas commettre ?

J'en donnerais trois essentielles. Primo : croire que le retournement démographique va régler le problème par enchantement. Deuxio : continuer de ne proposer comme solution que la transformation des seniors en tuteurs... Et tertio : refuser d'agir sur les mentalités et ne pas mettre en place une vigoureuse politique de formation après 45 ans.

Seuls 34% des 55/64 ans sont encore actifs en France contre 50% en moyenne en Europe. Comment expliquer une telle différence ?

France - Manager les quinquas, nouvel ouvrage de Serge Guérin et Gérard Fournier*
Comme souvent en France, on attend la dernière minute pour bouger et l'on attend aussi que la réponse vienne de l'Etat et de décisions normatives. De ce point de vue, il est incroyable que l'on ait attendu un an et demi après le vote de la loi Fillon, pour que les partenaires sociaux se retrouvent autour d'une table !

Nos voisins européens, dans leur grande majorité, ont déjà allongé la durée du travail au-delà des 60 ans sous diverses formes. Par exemple dans les pays nordiques, dans une logique de cohésion sociale : là-bas, chacun peut rester un contributeur économique à la vie de la collectivité bien au-delà des 65 ans, sans que cela ne choque ou n’inquiète les personnes concernées ni les autres citoyens d’ailleurs. Autre exemple en Italie, avec une forte incitation pécuniaire qui permet au salarié travaillant au-delà de ses annuités lui assurant une retraite à taux plein, de se voir attribuer un bonus de 50% sur son salaire, exonéré d'impôt.

Mais finalement, est-ce que cette génération de quinquas a réellement envie de continuer à travailler ?

Il n'y a pas de réponse unique à cette excellente question. On note que si dans les premières années, les personnes concernées vivaient très mal cette mise à l'écart, aujourd'hui, une majorité d’individus espèrent pouvoir partir au plus tôt. Cela interroge directement le contenu et la forme du travail. Comment en est-on arrivé à créer une telle distanciation ? Pour notre part, nous établissons quatre typologies (Attentiste, Dépassé, Rebondissant et Florissant) de comportements de quinquas en activité. Cela doit permettre d'agir de la façon la plus adaptée à la personne et à son parcours personnel.

« Manager les quinquas », 264 pages. 22 Euros
Editions d’organisations / Eyrolles
Code ISBN 2-7081-3246-6

* Serge Guérin est le cofondateur de la revue Medias. Il est aussi conseil en communication et ressources humaines. Il a écrit une dizaine d’ouvrages dont « Le grand retour des seniors » aux éditions Eyrolles.

Gérard Fournier est directeur général de Boyden Interim Executive. Il a crée et lancé le management de transition en France.

Propos recueillis par Jean-Philippe Tarot © Senioractu.com 2005


Publié le Vendredi 11 Février 2005 dans la rubrique Emploi | Lu 3093 fois