Sommaire
Senior Actu

France - Littérature intergénérationnelle : une semaine pour élire les Prix Chronos

Du 21 au 27 mars 2005, 31 878 jurés de tous âges participeront à l'élection des Prix Chronos qui priment les meilleures livres ayant pour thème les relations entre les générations, la vieillesse et la mort. 87 départements français et 16 pays étrangers sont concernés par ce vote. L'annonce des résultats aura lieu le 23 avril 2005 lors de la « Journée Mondiale du Livre », qui aura lieu sous l'égide de l'UNESCO.


Lancé il y a 10 ans par la Fondation nationale de gérontologie (FNG), le Prix Chronos de littérature propose chaque année aux participants de tous âges réunis dans un jury de lire des ouvrages ayant pour thème les relations entre les générations, la vieillesse et la mort.

Un Prix littéraire pourquoi ?

Dans une société où la vieillesse était un sujet tabou, l'équipe de la FNG a souhaité dans les années 90, montrer et démontrer que le vieillissement était lié à des valeurs positives et que la mise en place d'une prévention dynamique et d'une éducation des plus jeunes à ce phénomène étaient indispensables pour faire changer les mentalité dans ce domaine.

Deux événements fondateurs ont été à l’origine de son lancement :
- une thèse de doctorat soutenue en 1992 par Geneviève Arfeux-Vaucher portant sur « La vieillesse et la mort dans la littérature enfantine ».
- une rencontre organisée en 1993 avec 32 conseils municipaux d’enfants et de jeunes, lors de l’Année européenne des personnes âgées et de la solidarité entre les générations. La présence des enfants et des jeunes dans une telle manifestation a donné tout son sens à la réflexion que menait l’équipe de la FNG.

Cette initiative a débuté en 1996, avec pour ambition, le changement de regard sur le vieillissement et la vieillesse. Deux autres objectifs éducatifs sont apparus en cours de projet : favoriser le goût de la lecture grâce au caractère innovant et médiatique (lire pour élire le meilleur livre) et éduquer à la citoyenneté grâce au vote, avec une mise en scène proche de la réalité (carte d’électeur, bureau de vote, urne, isoloir).

Prix Chronos, de quoi s’agit-il ?

Le Prix Chronos, lancé en 1996, propose aux participants de lire des ouvrages ayant pour thèmes les relations entre les générations, la transmission du savoir, le parcours de vie, la vieillesse et la mort.

Lors de la première édition, le jury était composé de 220 jeunes. En 2004, il comportait plus de 26 000 jurés âgés de 4 à 94 ans répartis en six niveaux de lecture, en provenance de la France entière et d’environ dix pays étrangers. Pour l’édition 2005, le nombre d’inscrits a dépassé la barre des 30 000, avec exactement 31 878 jurés.

La finalité intergénérationnelle du Prix ne se décline pas sous forme de rencontres factuelles entre enfants et personnes âgées, comme il est convenu dans ce qui s’appelle l’animation intergénérationnelle. La rencontre est ici multiple et disséminée. Elle n’implique pas forcément un évènement organisé, au risque d’être superficielle. Elle passe d’abord par le livre, la lecture individuelle, le travail de l’imaginaire et continue à travers les échanges au sein des groupes, des familles, dans des lieux publics et pourquoi pas, dans des maisons de retraite.

Des publics jeunes et moins jeunes

Lors de sa création, le Prix Chronos s’adressait uniquement aux élèves de CM1-CM2 et des classes de 6e-5e, c’est-à-dire des enfants âgés entre 8 et 12 ans. L’année suivante, à la demande d’enseignants, le Prix s’est élargi à d’autres groupes d’âges : enfants en maternelle et en CP, ensuite, aux CE1-CE2. En 1999, à la demande de jeunes eux-mêmes, notamment d’anciens jurés du Prix Chronos, les élèves de 4e-3e ont pu également participer. « Et nous, pourquoi pas nous… ? » disaient-ils.

En 2001, une sélection d’ouvrages a été proposée à des jeunes de 20 ans, boursiers du Groupe Malakoff et à des seniors de la Capimmec, institution de retraite Agirc du même groupe. Ce test a été un succès, et l’année suivante, le Prix chronos « Lycéens, 20 ans et plus » est lancé officiellement.

Les livres : un choix pas si évident, mais un pari gagné

Sensibiliser les plus jeunes à la thématique de la vieillesse en passant par le livre peut paraître un choix à contre-courant par rapport aux pratiques culturelles des jeunes, plus séduits par le multimédia et l’Internet. Si en général, la pratique de la lecture semble régresser globalement, fort heureusement, le marché de l'édition de livres destinés à la jeunesse reste dynamique et florissant en ce début de 3ème millénaire, tant en France qu'à l'étranger.

Comment y participer ?

Les inscriptions se déroulent à la rentrée scolaire. Les participants peuvent s’inscrire par courrier ou par fax. Une fiche d’inscription est mise en ligne depuis deux ans. Un accueil téléphonique est assuré pour répondre aux questions.

Les inscriptions individuelles ne sont pas admises. Pour participer au Prix, il faut être obligatoirement un collectif organisé : une école, une bibliothèque, un club du 3ème âge, une maison de retraite, une librairie, un regroupement d'enseignants, une association de parents d'élèves, une caisse de retraite ou un comité d’entreprise.

A ce jour, ce sont surtout des enseignants (sans injonction du ministère de l’Education nationale) et des bibliothécaires qui sont les plus présents. Viennent ensuite, des animateurs en maisons de retraite et en maisons de quartiers…

Comment se déroulent les activités ?

- La lecture a lieu entre octobre et mars. Les inscrits s’engagent à lire tous les ouvrages de leur niveau afin d’élire le meilleur de leur choix.

- Les échanges : le but n’est pas seulement de favoriser la lecture individuelle d’ouvrages pouvant servir à développer chez le lecteur une meilleure perception des âges de la vie, de la vieillesse, de la mort et des relations entre les générations. Mais le but est également de créer des opportunités d’échanges collectifs, voire de rencontres avec d’autres personnes d’âges différents.

Selon l’enquête réalisée par l’équipe à la suite de l’édition 2004, 62% des répondants affirment avoir organisé des discussions autour des ouvrages lus, 33% des rencontres avec des personnes âgées et 25% des activités autour du Prix. Ce qui est fortement intéressant même si nous ne disposons pas d’éléments qualitatifs pour mieux juger ces réalisations.

- Le vote : dès le départ, le choix était fait de former un jury composé exclusivement des lecteurs eux-mêmes. Les enfants et les jeunes lecteurs sont à même de juger ce qu’ils lisent, exprimer si le livre leur a plu ou non et pourquoi. La décision de leur faire confiance a été un pari et une des facettes innovantes et intéressantes du projet.

Le vote se fait à l’aide d’une carte d’électeur individuelle, à bulletin secret et dans un isoloir. Pour des enfants, il y a là un motif supplémentaire de lire les ouvrages, même si un tiers des responsables locaux signalent quelques abondons. Enfin, presque 70% des organisateurs affirment avoir organisé le vote au sein de leurs structures dans des « conditions réelles » et 15% à l’extérieur, comme à la mairie.

- La remise des Prix : les résultats du vote sont transmis à l’équipe qui annoncera les résultats lors d’une manifestation organisée en mars au Salon du Livre à Paris. Des délégations de lecteurs sont conviées à la remise des Prix. Les auteurs et les illustrateurs primés et leurs éditeurs sont aussi conviés.

Contact :
Fondation Nationale de Gérontologie
Centre national de ressources sur les questions relatives à la vieillesse et au vieillissement créée et reconnue d'utilité publique en 1967, lieu de recherche, d'information et de formation pour les spécialistes des différentes disciplines de la gérontologie sociale et médicale pour les acteurs concernés par la révolution de la longévité et la place grandissante des personnes âgées dans l'économie et la société.

49 rue Mirabeau 75016 PARIS
Tél. : 01.55.74.67.08 Fax : 01.55.74.67.01
Email

Contact : Jacqueline Gaussens, directeur de la communication
Email


Publié le Lundi 21 Mars 2005 dans la rubrique Intergénération | Lu 2234 fois