Sommaire
Senior Actu

France – Les seniors directement visés par le plan de régulation de l’Assurance Maladie


L’Assurance Maladie renforce son plan de régulation médicalisée des dépenses de santé et présente un programme national ciblé sur les secteurs où l’on note une forte augmentation des dépenses, prêtant une attention toute particulière aux seniors.

Les dépenses de santé ont augmenté de 7% en 2002 et de 6,4% l’année dernière. Six plans d’action ont été lancés afin de réduire le déficit du à ces dépenses. Ils visent l’usage du médicament, les arrêts de travail, les prescriptions d’analyse de biologie médicale, les transports sanitaires, les affections de longue durée et les dispositifs médicaux.

L’usage des médicaments ne cesse d’augmenter et les dépenses se sont élevées en 2003 à 15,3 milliards d’euros, soit 6,5% de plus qu’en 2002. Il s’agit donc de parvenir à promouvoir un usage raisonné, notamment des antibiotiques, dans un pays qui utilise deux milliards de boîtes de médicaments chaque année. Grandes consommatrices de médicaments, les personnes âgées sont en première ligne, d’autant plus qu’elles restent souvent méfiantes vis-à-vis des génériques et sont amenées à prendre des traitements très coûteux, comme les anti-cancéreux.

Des enquêtes visant à mieux comprendre les pratiques de prescription et ainsi mieux ajuster la connaissance et la prise en charge des patients, sont mises en place. Les traitements contre l’ostéoporose post ménopausique ou le cholestérol sont directement concernés. Des recommandations strictes et des actions d’accompagnement découleront des résultats de ces enquêtes.

Les arrêts de travail de longue durée sont également en forte hausse (+ 19,3% entre 2002 et 2003) et concernent en priorité les 55-59 ans. Même si, aux yeux de l’Assurance Maladie, il semble normal que les baby boomers soient plus souvent en arrêt, elle met tout en œuvre pour que les contrôles soient renforcés et que les arrêts de plus de trois mois soient réservés à certaines pathologies.

Les analyses de biologie médicale (+ 10% de dépenses) ne seront prescrites que si elles s’avèrent réellement utiles et les coûts de transports sanitaires (+ 8,4%) devraient diminuer si l’on prend mieux en considération l’état général du patient.

Les affections de longue durée ont représenté 18 milliards d’euros en 2003, soit 11% de plus qu’en 2002. Le vieillissement de la population entraîne un risque plus élevé de maladies de longue durée et une personne sur deux de plus de 85 ans est touchée. L’Assurance Maladie veille à ce que seuls les coûts liés aux ALD soient pris en charge à 100%. Les actions se concentrent sur les maladies cardiovasculaires, le diabète, les pathologies psychiatriques et les cancers.

En ce qui concerne les dispositifs médicaux (dont le coût est en hausse de 11,3% par rapport à 2002), un codage des différents produits (fauteuils roulants, prothèses) doit permettre de mieux visualiser les dépenses.

Delphine Dujardin © Senioractu.com 2004


Publié le Vendredi 28 Mai 2004 dans la rubrique Santé | Lu 431 fois