Sommaire
Senior Actu

France - Les petits frères des Pauvres, pour plus de fraternité pour les seniors vulnérables


En cette vieille de journée internationale des personnes âgées, qui a lieu chaque année le 1er octobre, l’association caritative "Les petits frères des Pauvres" se pose la question de savoir la place que nous sommes prêts à accorder aux personnes âgées les plus fragiles et isolées, dans notre société, aussi bien en France qu’en Europe.

Et de rappeler que suite à la canicule 2003, les équipes de bénévoles de l’association « ont été préparées, formées, se sont coordonnées avec les municipalités et les préfectures, dans un souci de service auprès des personnes les plus vulnérables. Des personnes âgées se sont « enregistrées » sur les listes municipales, ce qui a permis d’établir « un premier recensement « libre » de la vulnérabilité en France, dont il serait dommage de ne pas tirer profit, ne serait-ce qu’en terme de prévention et d’anticipation pour l’été 2005. »

Au cours de l’été 2004, les petits frères des Pauvres ont permis à 3 000 personnes âgées vulnérables et isolées de prendre un temps de vacances, précise le communiqué. Et d’ajouter que « la mise en place le 1er juillet 2004 d’un numéro AZUR national, a mobilisé 50 bénévoles écoutants, spécialement formés à cette action. »

L’association déplore par ailleurs le manque de dialogue au niveau européen, avec les personnes âgées, qui leur permettrait « d’être pleinement citoyennes ». « Il ne faut plus les regarder comme des personnes qui « coûtent » et pèsent sur les budgets des Etats. Il est temps de regarder positivement ce phénomène de société, de l’orienter pour alimenter et accroître la cohésion sociale et la créativité entre les générations » souligne l’association. C’est la raison pour laquelle, Les petits frères des Pauvres en Europe lancent un appel en faveur de nouvelles formes de fraternité envers les seniors les plus vulnérables visant à « nouer de nouvelles relations avec les aînés les plus faibles et isolés, développer le respect dû aux personnes âgées, stimuler un « vieillissement actif » pour tous, favoriser l’adaptation des politiques publiques nationales et enfin affirmer le pilotage européen des politiques du vieillissement. »

Enfin, en ce qui concerne le plan Borloo, l’organisme caritatif constate « que la précarité des personnes âgées a été oubliée » mais qu’il souhaite cependant contribuer à ce plan « en participant aux maisons relais ». Ce projet est considéré comme une opportunité « d’offrir à des personnes déjà marginalisées de retrouver une place, un habitat, voire une « famille » d’accueil, dans une unité de vie à taille humaine ». Et d’ajouter qu’ils proposeront « un programme de plusieurs nouvelles « maisons relais » dans différentes grandes villes, en lien avec les équipes de bénévoles de terrain et complétant celles déjà réalisées. »


Publié le Jeudi 30 Septembre 2004 dans la rubrique Social | Lu 1811 fois