Sommaire
Senior Actu

France – Les entreprises sont mal préparées au vieillissement de la population active


Le cabinet Ernst&Young a présenté aujourd’hui les résultats de son enquête « Les enjeux du vieillissement de la population active, l’imminence d’une nouvelle réalité sociale » menée auprès de 305 responsables des ressources humaines (RH) d’entreprises.

L’étude rappelle que les premiers départs en retraite de la génération du baby-boom auront lieu en 2007 et provoqueront un déficit de 30 000 actifs selon l’INSEE. Autre réalité incontestable : le vieillissement de la population active, la part des plus de 55 ans devant augmenter de 33% d’ici 3 ans. Les personnes interrogées sur les effets du vieillissement avouent avoir conscience de cette réalité sociale, synonyme de baisse de main d’œuvre sur le marché du travail. Rares cependant sont celles à l’avoir réellement mesurée et intégrée dans leur politique.

63% des dirigeants estiment que le vieillissement de leurs collaborateurs aura un impact sur leur entreprise. Des changements en termes d’aménagement du travail, de management et de prévention des risques d’accidents du travail sont avancés. Alors qu’une majorité des responsables RH interrogés pense que le style de management sera affecté par la hausse de l’âge moyen des salariés, à peine 27% prévoient de modifier effectivement leur mode de management.

70% des entreprises déclarent avoir étudié l’évolution de leur pyramide des âges à 3 ans ; mais seulement un tiers a réalisé une analyse prospective des emplois et compétences, ce qui leur permettrait d’anticiper les pertes de certains profils que les nombreux départs à la retraite pourraient induire (ceux d’ouvriers et d’agents de maîtrise notamment).

75% des entreprises interrogées n’ont pas quantifié l’impact financier du vieillissement de leurs collaborateurs. Ils « pressentent » toutefois à juste titre une hausse du coût du travail due à cette avancée en âge.

Preuve que les entreprises ne sont pas encore prêtes à accompagner ou à s’adapter de suite au vieillissement des actifs, 53% des dirigeants déclarent de ne pas avoir prévu de mettre en place des cursus spéciaux de formation à l’attention de leurs salariés les plus âgés. 81% n’ont à ce jour pas pris de mesures de maintien dans l’emploi et de motivation pour cette catégorie d’âge.


Publié le Mercredi 23 Juin 2004 dans la rubrique Emploi | Lu 1075 fois