Sommaire
Senior Actu

France - Les effets de la canicule sur la mortalité confirmés par l’INSEE


Dans la dernière étude de février 2004 sur la démographie française, l’Insee (Institut national de statistiques et études économiques) rapporte que le nombre de décès constatés en août dernier a sensiblement augmenté.

Au premier janvier 2004 le nombre de français s’élevait à 61,7 millions, DOM-TOM compris. Malgré un taux d’accroissement naturel positif, l’augmentation de la population est passée de 316 500 en 2002 à 289 300 l’année dernière.

Par ailleurs, le vieillissement se confirme, puisque le nombre de plus de 65 ans atteint désormais 16,2% de la population, tandis que les moins de 20 ans ne sont que 25,3%. Le pourcentage de la première catégorie a augmenté de 1,6% depuis 1994, celui de la seconde a baissé de 1,4%. L’espérance de vie augmente régulièrement et l’écart se réduit entre les hommes et les femmes. Ils gagnent un trimestre par an (soit 75,8 ans), tandis qu’elles gagnent à peine deux mois (soit 82,9 ans).

2003 : les chiffres se trouvent pondérés par le « pic de mortalité » que l’Insee annonce pour le mois d’août. Les décès ont augmenté globalement de 3% en 2003. L’année avait pourtant bien commencé avec une forte baisse du nombre de décès enregistrés en janvier, puisque 2002 avait connu à cette époque une importante épidémie de grippe. 15 000 personnes sont mortes en août, un nombre qui n’avait pas été atteint depuis 1985. Après une augmentation légère jusqu'en juillet, c'est une explosion du nombre de morts qui est intervenue. Or, « ces 15 000 décès supplémentaires enregistrés en août ne sont pas compensés par une sous-mortalité au cours du trimestre suivant », souligne Aline Desesquelles, coauteur du bilan, dans le journal le Figaro. En attendant les statistiques du début d'année 2004, « on peut affirmer que ces morts ne seraient pas survenues en l'absence de canicule ». Cela dément donc la thèse selon laquelle les victimes de la vague de chaleur seraient de toute façon décédées à très court terme compte tenu de leur grand âge et de leur vulnérabilité.

Le solde migratoire de l’année passée est positif, mais en recul de 10 000. L’augmentation de la population est due aux trois-quarts à des naissances, et à un quart aux migrations. Dans ce domaine, tous les pays d’Europe connaissent des proportions inverses à celles de la France, qui est le deuxième pays de l’Union en nombre d’habitants, derrière l’Allemagne (82,5 millions) et devant le Royaume-Uni (59,5 millions).
France - Les effets de la canicule sur la mortalité confirmés par l’INSEE


Publié le Vendredi 20 Février 2004 dans la rubrique Divers | Lu 625 fois