Sommaire
Senior Actu

France - Les difficultés de l'emploi senior dans le nouveau numéro de la Dares


Le numéro du mois de janvier 2005 de la revue « Premières Informations Premières Synthèses » éditée par la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES) traite de l’emploi des seniors, « entre volontés et difficultés ».

Alors que les différents Conseils européens de ces dernières années ont décidé de promouvoir le vieillissement actif, de fixer à 50% la proportion des 55-64 ans qui devraient être en emploi dans l’Union européenne et que l’âge moyen d’activité devrait être relevé de 5 ans, la proportion de seniors actifs reste plus faible en France que dans beaucoup d'autres pays européens.

Pourtant, depuis quelques années, les pouvoirs publics cherchent à faire participer davantage les seniors à l’activité et à assurer ainsi le financement des systèmes de protection sociale, précise la Dares.

Et d'ajouter " ils ont réformé les retraites et limité le recours aux préretraites. Cependant, les cessations anticipées d'activité sont encore fréquentes et les recrutements de seniors modestes. Leur productivité ne semble pas plus faible que celle de leurs cadets, mais les entreprises sont toujours réticentes à embaucher des salariés âgés. Les seniors, surtout les moins qualifiés, expriment aussi parfois leur lassitude par rapport à leur vie au travail. Ils ont aussi plus de difficultés à bénéficier de promotions professionnelles ".

"Augmenter la proportion de seniors en emploi passe par la mise en œuvre de politiques agissant sur les comportements spontanés des acteurs sociaux" ajoute la Dares. " Celles-ci doivent jouer sur tous les déterminants de l'offre et de la demande de travail : incitation à poursuivre son activité, formation, organisation et conditions d'exercice du travail, lutte contre les stéréotypes sociaux". C’est ce que nous montrent certaines expériences menées chez nos partenaires européens.

Par exemple, la Finlande a mis en place des mesures essentiellement centrées sur les entreprises, pour les aider à adapter ou maintenir les capacités de travail des salariés âgés, améliorer leurs conditions et leur organisation du travail afin d’en réduire la pénibilité. Les entreprises ont ainsi bénéficié d’incitations financières, en particulier pour recourir à l’assistance de cabinets de conseil spécialisés. En revanche, si elles utilisent des dispositifs de retraite anticipée, elles sont pénalisées financièrement.


Publié le Vendredi 28 Janvier 2005 dans la rubrique Emploi | Lu 3769 fois