Sommaire
Senior Actu

France – Le dépistage systématique du cancer du sein : toujours à partir de 50 ans


L’Agence Nationale d'Accréditation et d'Evaluation en Santé (Anaes) a rendu vendredi 11 juin dernier son rapport actualisé d’évaluation technologique sur le dépistage du cancer du sein, en y incluant aussi des aspects économiques.

Suite à la demande de Direction générale de la santé, l’Anaes a donc réactualisé son dernier rapport qui datait de 1999. Comme l’indique un communiqué de l’agence « en 2004, les données de la littérature clinique et économique n'apportent pas un niveau de preuves suffisant pour permettre d'envisager l'extension du programme français de dépistage de cancer du sein aux femmes âgées de 40 à 49 ans sans risque héréditaire, ni antécédent de cancer du sein. »

Il ressort de cette nouvelle évaluation -fondée sur une analyse critique de la littérature clinique et économique et des avis d'experts- les points suivants : la majorité des experts interrogés s'est prononcée pour le maintien de l'âge du début du dépistage à 50 ans ; la priorité actuelle est le programme national de dépistage, en portant l'effort et en allouant les ressources au dépistage organisé des femmes de 50 à 74 ans pour lesquelles le bénéfice a été prouvé ; enfin il est nécessaire d'encourager la recherche avec les autres programmes internationaux.

Il existe en effet depuis le 1er janvier 2004, un programme de dépistage lancé dans le cadre du Plan de lutte contre le cancer voulu par Jacques Chirac. Toutes les françaises âgées de 50 à 74 ans peuvent bénéficier, tous les deux ans, d’un dépistage gratuit du cancer du sein. Chacune des 7,8 millions de françaises de cette tranche d’âge (celle qui a statistiquement le plus de risque de développer un cancer de ce type) reçoit ainsi un courrier les invitant à se rendre dans un centre de soins afin d’y passer une mammographie des deux seins. L’examen est dispensé dans des établissements privés et publics, il est entièrement pris en charge par la sécurité sociale, sans avance de frais et ce quelque soit le revenu de la patiente. Pour un maximum d’efficacité, les radiologues participant au programme ont suivi une formation spécifique. De plus, pour un meilleur diagnostic, chaque cliché est analysé par deux professionnels. Une procédure qui permet de minimiser significativement les risques de cancer non détectés lors du premier examen.

En ce qui concerne un dépistage plus tôt, entre 40 et 49 ans, la question reste « débattue à ce jour. » Actuellement dans le monde, sur 24 pays ayant mis en place un programme de dépistage national, régional ou pilote, seuls 5 pays ont fixé l'âge de début de dépistage à 40 ans (Australie, Islande, Suède, Portugal, Autriche) et deux à 45 ans (Espagne, Uruguay).

L’Anaes rappelle qu’ « en France, le cancer du sein est le cancer le plus fréquent et la première cause de mortalité féminine par cancer. L'incidence du cancer du sein croit rapidement entre 30 et 50 ans. » En 2000, 42 000 nouveaux cas ont été rapportés dont 7 785 chez les femmes âgées de 40 à 49 ans. Cette maladie a entraîné le décès de près de 12 000 femme toujours pour cette même année.



Publié le Mercredi 16 Juin 2004 dans la rubrique Santé | Lu 814 fois