Sommaire
Senior Actu

France - Le COR a décidé de s'attaquer au chantier de l'emploi des seniors

(3576 signes)


Le Conseil d'orientation des retraites (COR) s'attaquera prochainement, lors de ses prochains travaux, au difficile sujet de l'emploi des seniors, espérant susciter un changement global des comportements pour répondre aux objectifs européens en la matière indique une récente dépêche de l’AFP.

Le COR s'est réuni le 24 novembre dernier à Paris en séance plénière, pour définir un planning de réunions afin de dégager des pistes pour favoriser le maintien dans l'emploi des salariés âgés.

Dans une note de présentation générale, cette institution indépendante, dont les travaux ont servi de base à la réforme des retraites, rappelle « la conviction partagée par l'ensemble de (ses) membres que l'emploi des salariés âgés et la valorisation de leur expérience sont essentiels dans la réflexion sur l'avenir du système de retraite ».

Toutefois, la note relève que « l'évocation plus fréquente du sujet dans la période récente, les mesures effectivement prises, notamment par la réforme des retraites de 2003, pour relever le taux d'activité des plus de 55 ans particulièrement bas dans notre pays, ne permettent pas de penser que la partie est gagnée, loin de là ». Pour le COR, en effet, « rien ne permet de penser qu'on assiste aujourd'hui à un véritable renversement de tendance dans les attitudes vis-à-vis des salariés dits âgés, et dans les attitudes des salariés eux-mêmes, bien au contraire ».

A ce sujet, il souligne que le rôle d'incitation qu'il entend tenir « trouvera rapidement ses limites si les acteurs politiques (Etat, partenaires sociaux) ne s'emparent pas du dossier et si le relais n'est pas pris par les acteurs du terrain (entreprises et salariés) ».

Un programme de réunions a été établi jusqu'en décembre 2005, visant à répondre aux deux questions suivantes : « comment relever le taux d'activité des seniors? » et « comment traiter l'amélioration des conditions de travail et la pénibilité du travail? ».

Selon une étude qui doit servir de base de travail aux membres du COR et qui s'appuie sur des données de 2000, le taux d'activité des plus de 50 ans en France est de 29,4%, alors que l'objectif européen fixé pour 2010 est celui d'un taux d'emploi moyen de 50% pour cette tranche d'âge.

« La démographie professionnelle ‘’à la française’’, avec ses faibles taux d'emploi à l'approche ou au-delà de 60 ans, a résisté aux évolutions institutionnelles de la fin des années 90, notamment à la quasi-disparition des pré-retraites du Fonds national de l'emploi (FNE) », relève une autre étude présentée également mercredi. Pour ses auteurs, « elle pourrait bien résister également à la réforme des retraites. Tout dépendra du comportement des entreprises et des salariés âgés ». Et de rappeler que seul un employeur sur cinq a une gestion prévisionnelle de sa pyramide des âges. Un sur quatorze adapte son offre de formation continue aux salariés les plus âgés, et un sur quatorze également tient compte du vieillissement de la main d'oeuvre en atténuant la pénibilité physique d'une partie des postes de travail.

A ce sujet, montre l'étude, la pénibilité du travail est perçue par les salariés dans une acception large, qui regroupe aussi bien les conditions de travail mal supportées que le travail routinier et ennuyeux.

Une « pénibilité vécue qui recoupera très imparfaitement, sans doute, les astreintes que la négociation sociale sera appelée à prendre en compte en matière de retraite anticipée », note l'étude, en référence aux négociations interprofessionnelles prévues prochainement entre partenaires sociaux sur la pénibilité et l'emploi des seniors.



Publié le Vendredi 26 Novembre 2004 dans la rubrique Retraite | Lu 963 fois