Sommaire
Senior Actu

France - Lancement du bilan de santé des seniors : première expérience à Paris

La secrétaire d’Etat aux Personnes âgées, Madame Catherine Vautrin a officiellement lancé hier le « bilan de santé des seniors avant d’entreprendre, de reprendre ou de poursuivre une activité physique et sportive », au Centre d’examen de santé Broca qui se trouve dans le 5ème arrondissement de Paris.


Pendant trois mois, la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) de Paris, en lien avec le secrétariat d’Etat aux Personnes âgées, le ministère de la Jeunesse et des Sports, la Société française de Médecine du Sport et la Société française de Gériatrie et de Gérontologie, va proposer, à titre expérimental, à plusieurs assurés sociaux de plus de 60 ans, un examen médical comprenant une évaluation d’aptitude et de motivation à la reprise de l’activité physique.

De fait, l’expérience a déjà commencé depuis quelques jours. Jusqu’à maintenant, selon une femme médecin participant à ce projet pilote, une dizaine de personnes ont participé à cet examen. Précisons qu’il s’agit d’individus de plus de 60 ans qui acceptent d’effectuer un bilan de santé après avoir reçu un courrier les y invitant. L’examen lui-même dure environ 1h15, « mais il faut compter 2h30 entre l’entrée et la sortie du centre » précise le médecin.

Ces seniors volontaires sont interrogés par le biais d’un autoquestionnaire à remplir avant la consultation. L’étude est assez poussée puisqu’elle contient une centaine de questions : sur le mode de vie alimentaire, les activités de la vie courante, sur la mémoire, sur l’activité physique, etc. Puis, lors de l’examen, les médecins procèdent à des tests d’équilibre, de mémoire, de vision… « Par contre, il est préférable de ne pas prononcer le mot sport, il ne faut pas les rebuter » précise le médecin. « Surtout que les seniors pratiquent déjà des activités physiques sans le savoir : certains promènent leur chiens plusieurs heures par jour, d’autres font du jardinage – ndlr : ce ne sont pas que des Parisiens- font les courses, privilégient les escaliers plutôt que l’ascenseur… » ajoute-t-elle.

« Notre rôle est ensuite de les inciter à développer des activités physiques et sportives » explique le responsable de ce centre. « Nous avons recensé tout ce que l’on peut trouver sur Paris et même la région parisienne. La liste est à jour, nous avons systématiquement téléphoné pour vérifier que les activités étaient bien proposées » ajoute-t-il. Ainsi, à l’issue de ce bilan, une liste des clubs municipaux et FFRS (Fédération Française de la Retraite Sportive), ainsi que la brochure du CODERS (Comité départemental de la retraite sportive de Paris) sont remis à ces patients.

Un monsieur de 68 ans de Châtenay-Malabry (92) qui venait juste de terminer son examen, précise qu’il s’est déplacé après avoir reçu un courrier. « C’est long et certaines questions sont un peu compliquées. Mais le médecin nous aide à remplir le questionnaire » explique ce monsieur à Mme Vautrin. Et d’ajouter « je ne pratique pas de sport, je n’ai pas tellement le temps. J’ai une maison de campagne, je fais du jardinage et du bricolage. Quant aux conseils sur la nutrition, c’est vrai, on nous en parle, mais on ne fait pas très attention » précise-t-il en concluant qu’ « objectivement c’est quand même un plus [cet examen] ».

Un communiqué du secrétariat d’Etat aux Personnes âgées précise que « ce bilan de santé s’inscrit dans le programme « Bien Vieillir » lancé par le Premier ministre, le 12 mars 2003 qui vise à prévenir les effets du vieillissement et la lutte contre la perte d’autonomie notamment par la nutrition et l’activité physique ».

Si les résultats de cette expérimentation parisienne s’avèrent concluants, ce bilan de santé sera généralisé. « Nous avons essuyé certaines refus » précise le médecin, « mais il est trop tôt pour tirer des conclusions ». Les premiers retours de ce projet pilote devraient être connus d’ici le début de l’été.

A travers cette action, la ministre souhaite souligner les bienfaits physiologiques et psychologiques des activités physiques et sportives chez les personnes âgées, mais surtout le lien social qui en découle. « Le sport peut rompre la solitude, on se soucie du regard de l’autre, on entretient son corps, on reste en contact avec la société » conclut Mme Vautrin tout en précisant qu’« il est nécessaire d’encadrer ces activités ».
France - Lancement du bilan de santé des seniors : première expérience à Paris


Publié le Mercredi 2 Mars 2005 dans la rubrique Bien-être | Lu 4560 fois