Sommaire
Senior Actu

France – La revue « Retraite et Société » consacre un numéro au vieillissement des immigrés

La revue « Retraite et Société » éditée par la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnav) consacre sa dernière édition à la question du vieillissement des immigrés. Ce numéro 44, présente les premiers résultats d’une enquête nationale sur le passage à la retraite des immigrés, qui se veut « la première du genre en France et en Europe ».


Réalisée avec la collaboration de l’Insee et dirigée par Claudine Attias-Donfut, responsable de la Direction des recherches sur le vieillissement à la Cnav, cette enquête vise à mieux connaître la population des retraités immigrés, afin d’orienter les actions à mettre en place auprès d’eux.

Menée sur un échantillon de 6 211 immigrés âgés de 45 à 70 ans, elle a bénéficié de la participation financière de plusieurs institutions, notamment le Fasild, l’Agirc-Arrco, la MSA, la Cancava et la Caisse des mines.

Cette enquête est complétée d’une étude sur les résidants de foyers de travailleurs migrants, qui constituent 1,9 % de la population immigrée de plus de 60 ans. Des premiers constats qui bouleversent les idées reçues :

- une population très hétérogène : la notion d’« immigré » recouvre une grande diversité de situations, selon le pays d’origine, la catégorie sociale, le niveau d’éducation et les circonstances de la migration.

- des immigrés qui vieillissent en France : seuls 7 % des immigrés souhaitent retourner au pays d’origine au moment de la retraite. La longue durée de séjour, le regroupement familial, la présence d’enfants en France, la propriété d’un logement et la nationalité française favorisent l’installation définitive dans le pays.

- qui font valoir leurs droits à la retraite plus tardivement : avec des carrières plus souvent chaotiques (chômage, invalidité, etc.) que les autochtones, les immigrés, notamment les ouvriers, ont tendance à prolonger leur activité et à partir plus tardivement à la retraite.

- qui vivent la retraite comme un puissant facteur d’intégration… : les immigrés considèrent la retraite pour ce qu’elle est, c’est-à-dire un salaire différé légitimé par une vie de travail, un facteur d’identité et d’intégration à la société française.

- qui ne souhaitent pas retourner définitivement au pays, mais privilégient un va-et-vient entre la France et le pays d’origine : la transmigration entre la France et le pays natal a tendance à s’accentuer au moment de la retraite parmi les personnes originaires d’Afrique et du Portugal, mais c’est parmi les frontaliers et les Européens du Nord qu’elle est la plus forte.

Rappelons que la revue « Retraite et Société » est éditée depuis octobre 2001 et diffusée par La Documentation française. Elle est imprimée à 1.200 exemplaires par numéro et paraît trois fois par an. Cette revue scientifique à comité de lecture, pluridisciplinaire, a été créée par la Cnav avec l’ambition d’en faire un véritable outil de réflexion et d’analyse sur la retraite. Elle entend ainsi apporter une vision thématique et approfondie des problématiques de systèmes de retraite, français et étrangers, expliquer leur organisation, mais aussi leurs mutations et leurs enjeux.

Lire aussi : France - Lancement d'une étude sur la situation des immigrés seniors en France
Lire aussi : France - Un récent rapport du HCI met en avant les difficultés des migrants âgés
Lire aussi : France - Transformation d'un foyer d'immigrés en Ehpad dans les Hauts-de-Seine


Publié le Jeudi 14 Avril 2005 dans la rubrique Divers | Lu 3880 fois