Sommaire
Senior Actu

France – La région Île-de-France essaie de promouvoir le maintien à domicile


Dans le cadre de l’aide régionale au soutien à domicile des personnes âgées, Francine Bavay, vice-présidente chargée de l’économie sociale et solidaire pour la région Île-de-France, a fait voter le 14 octobre dernier une aide de 15 000 euros pour l’association « Allô Domuservices », afin d’expérimenter un service d’assistance à domicile « nouvelle génération ».

Compte tenu du nombre croissant de personnes très âgées et des coûts importants qu’engendrent la présence d’une auxiliaire de vie, l’association va expérimenter l’installation à domicile d’un système de vidéo assurant une surveillance permanente, sécurisante et économique, précise le communiqué.

Et de souligner que « ce système ne sera mis en place que sur demande express de la personne âgée qui en bénéficiera ». En fait, une caméra sera installée dans son logement, sur un point de passage. Elle enregistrera les allées et venues de l’individu avec mention de l’horaire, et enverra à intervalle régulier des images à l’association. Ce genre de système, permet de vérifier, avec un minimum d’intrusion dans la vie privée des aînés, que ces derniers se portent bien. En gros, tant qu’ils passent de temps à autre dans le champ de la caméra, tout va bien. Il faut par contre s’inquiéter lorsqu’au bout d’un certain temps, aucune trace de mouvement n’a été détectée.

L’association Allô Domuservices couvre Paris, les Yvelines et les Hauts-de-Seine. Elle emploi 250 auxiliaires de vie qui permettent le maintien à domicile de personnes âgées en assurant la toilette, le ménage, les courses, la préparation des repas, …

Par ailleurs, le Conseil régional de l’Île-de-France, a aussi fait voter une nouvelle aide de 63 000 euros pour l’adaptation de 18 nouveaux logements du parc privé, répartis sur toute l’Ile-de-France, franchissant ainsi la barre des 500 appartements adaptés au handicap et à la dépendance.

Depuis 2000, la région tente de favoriser le maintien à domicile des personnes handicapées ou dépendantes en finançant l’adaptation de salles de bain, d’ascenseurs intérieurs, de toilettes,… Ces aides représentent s’élèvent à 60 % des frais pour l’aménagement et l’équipement matériel et à 50 % du surcoût architectural et des équipements domotiques. Elles sont subordonnées à l’avis d’un organisme ou d’un spécialiste en ergothérapie.


Publié le Mardi 19 Octobre 2004 dans la rubrique Aides à domicile | Lu 2920 fois