Sommaire
Senior Actu

France – La région ÎdF a présenté hier matin sa politique d’accompagnement du vieillissement


M. Jean-Paul Huchon président socialiste de la région Ile-de-France et Mme Francine Bavay vice-présidente chargée du développement social et de l'économie sociale et solidaire ont présenté le 22 juin dans la matinée « la politique régionale d'accompagnement du vieillissement visant à lutter contre l'isolement des seniors durant les grandes vacances et au-delà. »

Suite au drame de l’été dernier et compte tenu des problèmes engendrés par le vieillissement de la population, Jean-Paul Huchon et Francine Bavay, ont présenté les différentes actions qui devraient permettre « de mieux vieillir dans la région de l’Île-de-France ». On peut ainsi distinguer trois grands axes de développement : mobiliser toutes les générations ; aider l’emploi dans le secteur social et solidaire ; et enfin sensibiliser la population contre la maltraitance des personnes âgées.
France – La région ÎdF a présenté hier matin sa politique d’accompagnement du vieillissement

Favoriser le développement solidaire et l’intergénération

Comme le souligne Francine Bavay, « nous voulons un développement solidaire », c’est ainsi que la multiplications des actions intergénérationnelles est devenu un des axes fondamentaux de la région. Un dispositif vient d’ailleurs d’être mis en place, via l’association Espace Bénévolat. Il durera tout l’été (01/07/04 – 31/08/04). Il s’agit de mettre en relation des bénévoles avec les différentes structures pour personnes âgées qui pourraient en faire la demande. Le principe se veut simple. Il fonctionne comme une bourse d’échanges. D’un côté, les bénévoles s’inscrivent soit par téléphone (No azur 0810 787 512) soit sur le site internet Bénévolat-ile-de-france à partir du 1er juillet prochain. Les candidats mentionnent leur nom, leurs coordonnées et leurs disponibilités (qui peuvent être de très courtes durées ou très ponctuelles). Un fichier « réservoir » se constitue donc petit à petit. De l’autre côté, les structures bénéficiaires s’inscrivent elles aussi, en laissant leurs coordonnées ainsi qu’un contact. Peu après elles reçoivent un mot de passe, leur donnant accès au fichier des bénévoles disponibles. « Ce n’est pas une manière de palier des carences d’emplois dans les établissements, nous croyons à l’intergénérationnel » souligne Jean Paul Huchon. L’objectif de ce genre de dispositif est de recréer sur le long terme de la solidarité et du lien social entre toutes les générations. Un premier bilan devrait être réalisé d’ici un mois. Si l’expérience s’avère concluante, le service pourrait être pérennisé.

Toujours dans le domaine de l’intergénération, un autre projet est actuellement à l’étude. Le principe serait de faire cohabiter un (des) étudiant(s) avec une personne âgée. Le concept existe déjà à Barcelone. Il permet de régler le problème de logement des étudiants et d’éviter que les personnes âgées se retrouvent seules à domicile.

Développer l’emploi dans le domaine de l’aide aux personnes âgées et aider financièrement les établissements

Compte tenu du manque de personnel dans le secteur social et solidaire, la région souhaite soutenir le développement de l’emploi et la création d’activités dans ce domaine. La politique de formation au Diplôme d’Etat d’auxiliaire de vie sociale (DEAVS) pour les services à domicile devrait donc être augmentée de 20% ; soit 400 places supplémentaires pour un total de 3 000 par an. Le secteur associatif devrait quant à lui, grâce à un budget d’un million d’euros, bénéficier de « conventions régionales pluriannuelles » permettant d’éviter la disparition de certaines structures, de soutenir l’emploi, de pouvoir travailler avec une plus grande prévisibilité budgétaire et de mener à bien ses actions. Enfin, pour lutter contre l’isolement des aînés, la région s’engage à soutenir les emplois d’été dans le but de « créer une dynamique de croissance et de dé-précarisation » dans ce domaine.

Jean Paul Huchon a profité de cette présentation pour rappeler que la région ÎdeF –qui n’a pas de responsabilité en matière de santé, cela revient aux départements- avait « été parmi les premières à réagir à la canicule en mettant en place des mesures complétant la politique régionale en faveur des personnes âgées ». De son côté, Francine Bavay a insisté sur le fait qu’il ne s’agit « pas de compassion conjoncturelle », que ces actions s’inscrivaient dans un développement solidaire qui devra être mené sur la durée. La région souligne qu’elle participe au financement du rafraîchissement des établissements pour personnes âgées à hauteur de 50% -contre 40% pour le Plan National Canicule. « Tous les dossiers reçus ont été traités ou sont en cours » et « les travaux ont commencé, dans les établissements qui en avaient fait la demande dès décembre 2003 ». Il existe une procédure d’urgence pour les retardataires. Début juillet, ce sont presque 150 opérations qui auront ainsi été financées* pour un montant d’investissements de près de 4 millions d’euros.

Sensibiliser la population francilienne à la maltraitance des personnes âgées

France – La région ÎdF a présenté hier matin sa politique d’accompagnement du vieillissement
En janvier dernier, un numéro azur « Solidarité Vieillesse 0810 600 209 », était lancé afin de lutter contre la maltraitance des personnes âgées. Les appels sont gérés à l’hôpital Paul Brousse de Villejuif du lundi au vendredi de 9h à 17h. A l’instar du numéro « Jeunes Violences Ecoute » lancé en 2000 par la région ÎdF, « Solidarité Vieillesse » souhaite devenir l’interface entre des personnes en situation de maltraitance, ou leur entourage familial et amical, et les différentes institutions pouvant intervenir pour résoudre cette situation. Les cas identifiés sont transmis aux équipes départementales chargées de leur prise en charge. On a pu distinguer quatre types d’appels : les « signalements », les « signalements renvoyés », pour les cas hors région, les « demandes d’informations » et les « témoignages ». Le suivi et l’écoute sont assurés par l’Association francilienne pour la bientraitance des aînés. Les écoutants sont des psychologues, travailleurs sociaux et gérontologues. Entre le 21 janvier, date de la mise en service et le 31 mai, 1 169 appels ont été enregistrés soit une moyenne de 20 appels par jour. A noter que le nombre d’appels a régulièrement baissé depuis le lancement. Il ne s’agit malheureusement pas d’une réduction des cas de maltraitance, mais plus probablement d’un manque de communication. Le Conseil régional a donc décidé de lancer à la veille des départs en vacances, une campagne de sensibilisation sur ce numéro. Pour ce faire, 22 000 affiches et 15 000 cartes postales sont actuellement distribuées dans la région aux mairies, aux CCAS, aux associations, aux maisons de retraite...

Ce que représentent les personnes âgées dans la région Île de France en quelques chiffres

On estimait en 2000, le nombre de franciliens âgés de 75 ans et plus à 600 000 et ce chiffre devrait doubler d’ici 2030. Parmi eux, 90 000 étaient considérés comme dépendants et leur nombre devrait atteindre les 121 000 en 2030. Modérée jusqu’à l’année prochaine, la progression de personnes âgées dans la société francilienne va ensuite s’accélérer jusqu’en 2035. De 15% en 2005, les sexagénaires pourraient passer à 18% en 2015.

Depuis l’arrivée de Jean Paul Huchon à la tête de la région en 1998 les dépenses consacrées aux personnes âgées ont représenté presque 70 millions d’euros, principalement dans l’amélioration des conditions de vie des seniors et dans la création de nouvelles places en établissement. Pour 2004, le budget s’élève à 26.3 millions d’euros, et sur la mandature 2004/2010 le budget total destinés aux aînés franciliens devrait représenter 150 millions d’euros.

*14 à Paris, 37 en Seine et Marne, 21 dans les Yvelines, 15 en Essonne, 9 dans les Hauts de Seine, 19 en Seine St Denis, 19 dans le Val de Marne et 15 dans le Val d’Oise.


Publié le Mercredi 23 Juin 2004 dans la rubrique Divers | Lu 935 fois