Sommaire
Senior Actu

France – La DREES analyse les disparités départementales de l’APA en 2003

Le nombre de bénéficiaires de l’Apa pour mille habitants de 75 ans ou plus varie de 100 à 300 entre les départements extrêmes de la France métropolitaine, une variabilité plus forte étant observée pour l’Apa attribuée aux personnes évaluées en Gir 4, indique le numéro 372 d’Etudes et Résultats de janvier 2005 de la Direction de la Recherche des Etudes de l’Evaluation et des Statistiques (DREES).


Fin 2003, on dénombrait, en moyenne, 170 bénéficiaires de l’Allocation personnalisée
d’autonomie (Apa) pour mille habitants de 75 ans ou plus. Ce ratio va de 95 (Essonne) à 305
(Ariège) pour la métropole. Pour dix départements, dont ceux de la région parisienne, la proportion de bénéficiaires rapportée à la population âgée est inférieure à 124 et pour dix autres – principalement du Sud-Ouest ou du Centre – elle est supérieure à 225.

Ces écarts peuvent être expliqués à plus de 60 % par la structure sociodémographique des départements : le nombre de bénéficiaires de l’Apa est plus élevé dans les départements à forte population rurale, et dans ceux où la part des agriculteurs et des ouvriers dans la population active a été grande. Il est aussi plus important dans les départements où il existe une forte proportion de retraités percevant le minimum vieillesse. Au-delà de ces caractéristiques sociales, les différences d’espérance de vie entre départements ne semblent pas avoir d’impact spécifique sur les différences de recours à l’Apa.

Après correction de ces variations liées aux structures sociodémographiques, l’écart d’un département à l’autre se réduit, le nombre de bénéficiaires de l’Apa s’étageant de 140 à 200
pour mille habitants de 75 ans ou plus. Une explication de second ordre (6 % des écarts) est par ailleurs apportée par des indicateurs influant sur la politique des départements en faveur des personnes âgées (places d’hébergement dans les établissements, richesse du département, aide sociale en direction des personnes âgées…).

Dans une problématique d’appréciation de l’équité d’accès aux prestations sociales sur l’ensemble du territoire national, il est utile d’identifier les raisons de cette dispersion : tient-elle essentiellement à des prévalences de la dépendance inégales selon les départements ou à des politiques sociales différenciées des conseils généraux ? Les disparités de recours à l’Apa doivent être analysées en tenant compte de la structure socioprofessionnelle des départements ou à des politiques sociales différenciées des conseils généraux ?

Lire aussi : France - Le point sur l’allocation personnalisée d’autonomie pour personnes âgées


Publié le Jeudi 10 Février 2005 dans la rubrique Divers | Lu 2405 fois