Sommaire
Senior Actu

France - La CGT n’est pas satisfaite des décisions du gouvernement sur les pensions de réversion


Pour la Confédération Générale du Travail (CGT), le gouvernement Raffarin a trouvé « la recette pour un nouveau partage de la pauvreté entre veuves et veufs » comme l’indique un récent communiqué de presse.

Et de souligner que « les avancées telles que la suppression de l'âge pour bénéficier d’une pension de réversion et la suppression de la condition d'un minimum de deux ans de mariage pour l'ouverture du droit (sauf conjoints pacsés) sont neutralisées par le plafond des ressources […] qui reste très bas » et par le ré-examen annuel du montant des ressources qui risque la remise en cause de la pension en cas de dépassement du plafond (1 320 euros par mois pour une personne seule et de 2 112 euros pour un couple).

Selon la CGT presque « la moitié des veufs ou veuves de moins de 55 ans pourraient bénéficier d'une pension de réversion toujours très réduite » et « elle sera supprimée à 225 000 autres veufs ou veuves de plus de 55 ans pour dépassement de ressources. » Et de rappeler que la « CGT et son Union Confédérale des Retraités revendiquent […] que la pension de réversion soit progressivement portée à 75% de la pension de réversion du conjoint décédé* ».

Pour la CGT, il s’agit d’ « un refus de prendre en compte les besoins des pensionnés (es) les plus fragiles » et d’une « négation du fait que dans un ménage lorsqu'un conjoint disparaît, des dépenses incompressibles demeurent, voire s'aggravent. » La confédération appelle « les salariés actifs et retraités à maintenir la pression nécessaire pour imposer […] des mesures conformes à leurs attentes et à leurs besoins. »

*alors que le projet de décret confirme le maintien du montant de la pension de réversion à 54% de la pension du conjoint décédé


Publié le Mardi 29 Juin 2004 dans la rubrique Retraite | Lu 524 fois