Sommaire
Senior Actu

France – La CFE-CGC estime que le décret des Pensions de Réversion est un scandale


Dans un récent communiqué de presse, la Confédération française de l’encadrement (CFE-CGC) s’insurge contre le décret du 24 août 2004 portant sur les pensions de réversion. Ce texte qu’elle estime « publié à l'ombre des parasols est une mauvaise surprise, car il apporte des précisions d'application dont la teneur n'a jamais été discutée lors des négociations du mois de mai 2003. »

Et de rappeler qu’ « à compter du 1er juillet 2006 une seule condition déterminera l'attribution de la pension de réversion : la prise en compte des ressources. Celles-ci ne doivent pas dépasser 2 080 SMIC horaire par an, soit 14 955,52 Euros en 2004 pour une personne seule, et 1,6 fois 2 080 SMIC horaire par an, soit 23 928,32 E en 2004 pour un ménage. »

Selon la CFE-CGC, ce décret « prononce, en pratique, l'exclusion systématique du bénéfice de la réversion du régime de base pour les conjoints survivants de cadres. La pension de réversion s'apparentera plus à une trappe à pauvreté, à un minimum social, qu'à un réel avantage contributif. »

La confédération annonce qu’elle « contestera la validité de ce texte devant le juge administratif pour défendre les cadres et l'encadrement qui participent pour une grande part aux cotisations d'assurance vieillesse. »

Jean-Luc Cazettes, président de la CFE-CGC, de conclure qu’il « n'hésitera pas à faire condamner un gouvernement qui n'hésite pas à s'en prendre aux veuves et aux veufs sans défense. »


Publié le Lundi 27 Septembre 2004 dans la rubrique Retraite | Lu 2258 fois