Sommaire
Senior Actu

France - L’Inserm rend public les premiers résultats officiels de la surmortalité liée à la canicule


La mission d’expertise de l’Inserm, mise en place à la demande de Monsieur Mattéi le 20 août dernier, a rendu public ce jour les résultats de sa première phase d’évaluation de l'excès de mortalité comptabilisé au cours de la période de canicule et des jours qui l'ont suivie.

La surmortalité observée sur la période du 1er au 20 août est d’environ 15 000 décès supplémentaires par rapport à la mortalité attendue. Elle correspond à un excès de + 60 % par rapport à la mortalité moyenne.

L’Inserm constate qu’une élévation significative de la surmortalité s’opère le 4 août, suivi d’un accroissement régulier jusqu'à un pic le 12 août, puis d’une amorce de régression le 13 août, et enfin d’une régression rapide dans les jours suivants. le retour à une mortalité normale intervient le 19 août.

La surmortalité a été particulièrement élevée chez les sujets âgés de 75 ans et plus (+ 70 %), mais très importante aussi (+ 30 %) dans toutes les classes d'âges comprises entre 45 et 74 ans.

La région Ile-de-France totalise à elle seule près du tiers de l'ensemble de la surmortalité observée en métropole : + 127 % pour Paris, + 147 % dans l'Essonne, + 161 % dans les Hauts-de-Seine, + 160 % en Seine-Saint-Denis, + 171 % dans le Val-de-Marne.

Les décès à domicile et en maisons de retraite ont été multipliés environ par deux par rapport à leur valeur habituelle. Le décompte des 15 000 décès supplémentaires se réparti à 42 % dans des hôpitaux, 35 % à domicile, 19 % dans des maisons de retraite, et 3 % en clinique privée.

La mission d’expertise de l’Inserm conclue que “ l'analyse de la vague de chaleur de cet été fait clairement ressortir son ampleur exceptionnelle par sa durée, son intensité et son étendue territoriale, et l'amplitude sans précédent de la surmortalité qui l'a accompagnée. ”

La mission est chargée, dans un second temps, d’analyser ces résultats et de faire des propositions méthodologiques visant à améliorer la réactivité des systèmes d'information sur les risques et les facteurs de risque.


Publié le Jeudi 25 Septembre 2003 dans la rubrique Divers | Lu 643 fois