Sommaire
Senior Actu

France – L’Insee dévoile les sentiments des retraités face à leur identité


Pour la majorité des retraités, la cessation d’activité professionnelle est vécue de manière mitigée et le sentiment d’appartenir à une nouvelle tranche de la société est très divisé selon les emplois occupés, c’est ce que révèle la dernière enquête publiée par l’Insee en juillet et intitulée « histoire de vie-Construction des identités ».

Dans le cadre de l’enquête, près d’un adulte sur quatre s’est dit à la retraite, en pré-retraite ou retiré des affaires.

Pour 12% des personnes interrogées, la retraite symbolise le passage à un style de vie différent, notamment d’un point de vue financier. Ils sont 39% à considérer le départ en retraite comme une période plutôt positive de leur vie. Seuls 4% des retraités appréhendent la cessation d’activité comme le début d’une période plus difficile. A noter que les difficultés de revenus ne s’accompagnent pas forcément d’un sentiment global négatif.

La situation familiale et l’état de santé sont des critères indéniables d’acceptation de la retraite. Ainsi, 42% des personnes vivant en couple ont vécu leur départ en retraite comme une expérience positive contre 28% des personnes seules. De même, la présence de petits-enfants joue un rôle positif dans l’acceptation de la retraite pour 4 grands-parents sur 10.

Les personnes souffrant de lourds problèmes de santé acceptent deux fois moins bien leur départ en retraite.

Etre retraité est une identité en soi. Ainsi, 70% des personnes interrogées se sentent « retraités tout simplement » et les trois-quarts ne citent plus leur ancienne profession pour se définir. Seuls 4% s’identifient avant tout à leur ancienne profession.

A ce titre, l’âge, le nombre d’années qui se sont écoulées depuis le départ en retraite et la nature de l’ancienne profession influent sur la perception qu’a le retraité de lui-même.
84% des retraités de moins de 60 ans ont arrêté de travailler depuis moins de 6 ans, ils ne sentent pas encore totalement en dehors du système professionnel alors qu’au-delà de 60 ans, l’âge n’intervient pas sur le fait de se sentir ou non retraité.

Les anciens salariés du secteur privé ont tendance à moins faire référence à leur ancienne profession. Les artisans ou les commerçants se sentent avant tout retraités et se distinguent des autres professions libérales provenant de groupes professionnels à l’identité fortement marquée. 56% des personnes interrogées issues de ces professions disent d’ailleurs regretter le temps où elles exerçaient leur métier.

La fin de carrière influence également le sentiment identitaire des retraités. Au moment de leur départ en retraite, 16% des personnes sondées n’exerçaient plus d’activité professionnelle. 4% étaient au chômage, 7% au foyer et 5% inactifs pour une autre raison. La moitié d’entre eux étaient inactifs depuis plus de 10 ans. Plus la personne reste sans travail, moins elle se sent obligée d’y faire référence.

Le sentiment d’injustice que ressentent certains employés, contraints de partir en retraite alors qu’ils auraient aimé poursuivre leur activité salariée, les incite à ne pas se sentir « retraité ». A l’inverse, 80% des travailleurs qui souhaitaient ardemment partir en retraite, ne font plus jamais référence à leur ancien emploi et revendiquent leur appartenance au groupe des retraités.

Toutefois, seul 1% des personnes interrogées se définissent en tant que classe sociale. 36% déclarent faire parti de la classe moyenne, 24% de la classe ouvrière et 7% de la bourgeoisie. Un retraité sur 10 se définit comme appartenant à un groupe professionnel.


Publié le Jeudi 22 Juillet 2004 dans la rubrique Retraite | Lu 941 fois