Sommaire
Senior Actu

France - Journée de solidarité : se mobiliser pour les personnes âgées

La réforme présentée par le Premier ministre le 6 novembre 2003 est effective pour la première fois en 2005. Objectif : consacrer deux milliards d’euros supplémentaires par an aux personnes âgées et aux personnes handicapées.


Cette journée de solidarité concerne l’ensemble des salariés du secteur privé et de la Fonction publique, qui effectueront une journée supplémentaire de travail. Dans le secteur public, elle se déroulera le lundi de Pentecôte, le 16 mai.

Dans une interview accordée au journal « Le Parisien/Aujourd’hui en France » parue le 22 avril, Catherine Vautrin, secrétaire d’Etat aux Personnes âgées, a indiqué qu’il « n’y [aurait] pas d’assouplissement en 2005 », sur le jour de solidarité.

La ministre a également précisé que sera mise en place « une commission d’évaluation » par le Premier ministre. Cette commission étant « chargée de dresser un bilan de la journée de solidarité dès cette année », Catherine Vautrin souhaite attendre « son constat pour savoir si des évolutions se révèlent nécessaires ».

« Les Français ont besoin qu’on leur redise pourquoi il faut se mobiliser pour les personnes en perte d’autonomie. Au moment de la canicule 2003, la perspective de consacrer un jour férié à la solidarité était une perspective lointaine », a-t-elle également noté.

Par ailleurs, Catherine Vautrin a rappelé que « tous ceux qui touchent un revenu du capital [seront] soumis à une taxe de 0,3% prélevée directement sur les revenus ».

Mobiliser deux milliards d’euros

Dans un discours datant du 6 avril, la ministre a affirmé que la « journée de solidarité [était] une nouvelle expression de la solidarité nationale envers les personnes en perte d’autonomie ».

« Grâce à cet effort partagé (...) ce sont deux milliards d’euros qui seront mobilisés en 2005 en faveur des personnes âgées et des personnes handicapées », a indiqué la secrétaire d’Etat.

« Il faut que les Français se convainquent que la journée de solidarité est le levier nécessaire d’une montée en charge tout aussi indispensable des politiques d’accompagnement de la perte d’autonomie », a-t-elle souhaité.

De même, Catherine Vautrin a expliqué que les entreprises verseront une « contribution (...) correspondant à un jour de productivité annuelle ainsi qu’une contribution sur les capitaux boursiers ».


Publié le Vendredi 22 Avril 2005 dans la rubrique Divers | Lu 1690 fois