Sommaire
Senior Actu

France - Interview de Serge Guérin*, l'un des fondateurs du tout nouveau collectif Expertise Senior


Serge Guérin, comment vous est venue l'idée de créer Expertise Senior ?

Depuis longtemps j'avais conscience des limites des approches déclaratives ou des études qualitatives trop rapides sur un public complexe et dont les freins sociaux à l'expression sont multiples. Par ailleurs, il devenait évident que la question des seniors dans l'entreprise était cruciale. A la fois pour des raisons économiques et sociales mais aussi parce que l'entreprise est l'un des principaux moments de l'expérience de l'intergénération. La rencontre avec Guy Aznar, célèbre agitateur d'idées et l'un de ceux qui a pensé le rapport des individus au travail fut déterminante. Dans les années 70, il avait introduit en France les techniques projectives pour développer la créativité. Il nous a semblé que ces méthodes pouvaient utilement s'inscrire dans une réflexion plus large sur les attentes et attitudes des seniors.

Quelles vont être les activités principales d'Expertise Senior ?

Notre premier champ d'intervention concerne les ressources humaines en entreprise. La question est de savoir comment remobiliser les jeunes seniors, voir les pré-seniors, qui jusqu'à présent se mettaient en roue libres avant même 50 ans car leurs espérance de vie active devenait très réduite. Il importe aussi de s'interroger sur les conditions de la cohabitation avec des salariés plus jeunes.

Plus largement, les études Qualiseniors devraient aussi intéresser le champ politique et social comme le monde du marketing et de la consommation. Dans l'ensemble de ces cas, l'approche de la question senior à travers une connaissance et un recul sur ces populations et l'utilisation de techniques d'enquêtes projectives, qui cassent les logiques de représentation sociales, répond, je crois, à une attente forte.

Vous distinguez trois grandes catégories de seniors, vous pouvez nous en dire plus ?

Pour aller très vite et au risque d'une certaine schématisation, je dirais que sous le vocable de "senior " se cache des réalités hétérogènes liées à des données aussi diverses que l'âge, l'environnement culturel, la situation familiale, l'histoire personnelle, l'origine socioprofessionnelle ou encore l'état de santé et le statut social. Le simple bon sens permet de penser qu'il n'y a pas grand chose en commun entre un senior de 53 ans sur-diplômé revenant d'un trecking au Népal pour reprendre sa mission professionnelle avec son aîné qui compte 90 printemps, vit seul avec une pension insuffisante pour financer les multiples frais médicaux et aides à domicile que son état exige.

On compte au moins trois typologies de seniors : les SeTra, les SeFra et les BooBos.

Les SeTra (les Seniors Traditionnels) observent à 55, 70 ou 85 ans peu ou prou le même type de comportement fondé sur un certain conservatisme et renvoient l'image classique attachée à la personne prenant de l'âge.

Les SeFra (Seniors Fragiles) sont en perte d'autonomie soit pour des raisons physiques soit parce qu'ils perdent pieds face à la modernité. En termes d'âge c'est le plus souvent après 75 ans qu'ils vivent cette situation. Ils sont très fortement demandeurs d'assistance et de protection. Ils souhaitent rester le plus longtemps possible chez eux ce qui répond aussi à une logique économique et ouvre un gisement d'emplois qui potentiellement dépasse le million de professionnels. Leur nombre devrait être multipliés par trois d'ici trente ans.

Enfin, les BooBos (Boomers Bohêmes) forment une nouvelle catégorie sociale : ces jeunes seniors issus du baby-boom, sont les gagnants du début du millénaire. Ces faiseurs de tendance s'attachent à l'image et au signifiant du produit autant qu'à ses caractéristiques. Ainsi ils sont particulièrement attentifs à ce qu'ils mangent, à la qualité des produits de façon générale. Surinformés, ils développent différentes formes de consommation éthique et n'hésitent pas à multiplier les voyages. Leur attention aux marques ne les empêche pas de jouer l'innovation. Cette catégorie privilégiée de seniors dispose de trois atouts essentiels, le temps libéré, la forme et l'argent. Ces nouveaux seniors ne veulent pas (et ne voudront encore moins à l'avenir) être mis à l'écart de l'évolution de la société.

Expertise senior vient de naître, sur quoi travaillez vous, quels sont vos grands chantiers ?

Nos premiers chantiers sont en discussions et devraient concerner de très grandes entreprises.

Serge Guérin, votre actualité ?
Je suis "entré" en écriture d'un nouveau bouquin, sur, justement la question des seniors dans l'entreprise.

* Serge Guérin, co-fondateur d'Expertise Seniors, professeur associé en sciences de la communication à l'université Lyon 2 et auteur de livre "Le grand retour des seniors".


Publié le Mardi 9 Mars 2004 dans la rubrique Emploi | Lu 652 fois