Sommaire
Senior Actu

France – Inquiétude sur les financements de la réforme des retraites


Le financement du plan Fillon sur les retraites, dont l’examen à l’Assemblée nationale doit commencer aujourd’hui, suscite des inquiétudes. F. Fillon lui même l’a concédé devant la commission des Affaires sociales le mardi 3 juin : « les mesures d’allongements de cotisation pour le régime général représentent un peu plus du tiers du besoin de financement en 2020, chiffré à 15 milliards d’euros ». Le ministre parie sur le bénéfice de l’assurance-chômage pour assurer les deux tiers restants. Il a ainsi annoncé que grâce aux départs en retraite des boomers, le taux de chômage tomberait à 5% en 2020 et que le bénéfice des ASSEDIC satisferait les besoins.

Or rien n’est moins sûr : Jean-François Couvrat, dans la Tribune du 19 mai, estime en effet que « le chômage peut résister au papy-boom ». Il se base notamment sur une étude du Cepii qui affirme : « La comparaison internationale ne montre aucune relation significative entre intensité de la croissance de la population et niveau ou croissance du taux de chômage ». Bref la principale hypothèse du plan Fillon se trouve contredite par un des principaux centres de recherche français.

Le ministre et son entourage avouent donc à demi-mot que des hausses des cotisations seront probablement nécessaires. De son côté le parti socialiste pour faire face à ce déficit de financement prône la hausse des prélèvements : hausse des cotisations, relèvement de la CSG, suppression des allègements fiscaux prévus par le programme de M.Chirac et une nouvelle taxation sur « la richesse produite ». La balle est maintenant dans le camp du Parlement.


Publié le Mardi 10 Juin 2003 dans la rubrique Retraite | Lu 352 fois