Sommaire
Senior Actu

France – Inauguration des nouveaux locaux de la résidence « L’arc-en-ciel » de l’Armée du Salut

La résidence de la Fondation Armée du Salut (ADS), « L’Arc-en-ciel » à Chantilly (Oise), qui se trouve face à l’hippodrome, inaugurera demain ses nouveaux locaux en présence de Mme Catherine Vautrin, secrétaire d’Etats aux Personnes âgées, de M. Eric Woerth, secrétaire d’Etat à la Réforme de l’Etat, maire-adjoint de Chantilly et de M. Yves Rome, président du Conseil général de l’Oise.


Cette résidence, qui appartient à la fondation depuis près de soixante ans vient d’être réhabilitée et agrandie de manière à pouvoir accueillir de nouvelles personnes âgées, parmi les plus démunies ou à faibles ressources, indique un communiqué de l’Armée du Salut.

Les travaux, débutés au printemps 2003, ont permis d’augmenter la capacité d’accueil en la portant à 51 places (contre 35 avant), de moderniser le type d’accueil et d’ouvrir l’établissement sur la vie extérieure et son environnement par un accueil de jour.

Cet établissement se veut « ouvert et convivial ». Il offre à chaque résident une chambre où il est libre de s’installer avec son mobilier. Des lieux collectifs permettent de se retrouver et des espaces innovants (sensoriels ou de balnéothérapie) sont là pour favoriser la détente et la sérénité de chacun malgré leur grand âge. Un accompagnement spirituel est aussi proposé, de même qu’un projet intergénérationnel vient de démarrer au sein de la résidence, avec une école d’enfants de 3 à 6 ans.

Le réaménagement de ces locaux mis en conformité répond aux contraintes de ce type d’établissement : portes plus larges, cabinet de toilette avec angle giratoire et douche accessible - assis ou debout -, coin kitchenette…

Bénéficiant d’une habilitation au titre de l’aide sociale, l’Arc-en-Ciel reçoit des personnes âgées aux revenus modestes (890 euros de retraite moyenne mensuelle, un tiers bénéficiant de l’aide sociale). Les personnes accueillies ont généralement perdu la capacité des actes ordinaires de la vie et présentent des pathologies de plus en plus lourdes liées à la sénilité (pertes de repères, maladie d’Alzheimer). La moyenne d’âge est de 82 ans et l’établissement compte tout de même quatre centenaires.

D’un montant total de 4,9 millions d’euros, les travaux et équipements ont été financés notamment par des subventions du Conseil général de l’Oise, de la Fondation Caisse d’Epargne, de cinq caisses de retraite et de la Société Générale, pour un total de 546 000 euros, précise le communiqué.

La Fondation ADS a versé sur ses fonds propres 827 000 euros, grâce notamment aux dons et legs reçus. Le solde, soit 3,5 millions d’euros a été couvert par des emprunts auprès d’établissements bancaires, de caisses de retraite, de la Caisse régionale d’assurance maladie et du GIC.

Cette structure nécessite un budget de fonctionnement de 1,7 million d’euros par an comprenant l’hébergement (à la charge du résident ou au titre de l’aide sociale si ses moyens sont inférieurs au minimum vital), le forfait dépendance (payé par les résidents et complété par la dotation globale du Conseil général), et le forfait soin (financé par la Caisse régionale d’assurance maladie). La Fondation ADS verse chaque année une somme de 148 000 euros à titre de subvention d’équilibre. Celle-ci provient directement des fonds versés par les donateurs.

La rénovation de l’Arc-en-Ciel souhaite illustrer la volonté de la Fondation Armée du Salut de poursuivre sa mission d’accompagnement des personnes âgées, en veillant au respect de leur dignité et de leurs conditions de vie, tout en retardant au maximum leur perte d’autonomie.

Avec 44 établissements animés par des professionnels de l’action sociale et médico-sociale dont 80 lits dévolus aux personnes âgées – et l’étude de quatre projets permettant la création de 320 places nouvelles en EHPAD -, la Fondation poursuit une action généraliste autour de trois missions : secourir, accompagner et reconstruire.


Publié le Jeudi 17 Février 2005 dans la rubrique Maisons de retraite | Lu 1904 fois