Sommaire
Senior Actu

France - Grogne des retraités, ils descendent dans la rue pour se faire entendre


Les retraités ont prévu aujourd’hui et demain, une centaine de manifestations et rassemblements un peu partout dans le pays (La Rochelle, Nîmes, Toulouse, Quimper, Bordeaux, Montpellier, Grenoble, Metz, Lyon, Rouen, Le Havre et Paris) pour défendre leur pouvoir d’achat, demander une revalorisation des pensions et protester contre la réforme de l'Assurance maladie.

Les unions de retraités FO, CGT, CFDT, CFTC, CFE-CGC et FGR-FP ont dénoncé mardi lors d'une conférence de presse cette baisse de pouvoir d'achat, précise une dépêche de l’AFP. « Nous voulons profiter de la « Semaine bleue », du 18 au 24 octobre, autour du thème « Et si on parlait des vieux », pour lui donner une tonalité revendicative, alors que la revalorisation du pouvoir d'achat des retraités est très insuffisante par rapport à l'inflation et à la hausse des prélèvements sociaux », a expliqué à l’AFP Georges Grulois, de la CFE-CGC.

La manifestation parisienne est prévue jeudi 21 octobre à 14h00. Uniquement suivie par les retraités cégétistes, elle démarrera de l’esplanade des Invalides. Les retraités ont demandé à cette occasion à être reçus par le ministre de la Cohésion sociale, Jean-Louis Borloo ainsi que par le Medef. « Notre revendication essentielle porte sur une revalorisation de 200 euros par mois pour les pensions », a expliqué à l'Associated Press André Desrichard, membre du bureau national de l'Union confédérale des retraités CGT (UCR-CGT). Et d’ajouter, que l'augmentation importante du coût de la vie, en particulier pour les produits de première nécessité, ne permet plus à un grand nombre de retraités de vivre correctement, de se soigner.

Les représentants des unions de retraités estiment qu’en dix ans, la perte du pouvoir d’achat des pensions se monte à 10%. Ils dénoncent les conséquences de la décision du gouvernement Balladur en 1993 de ne plus indexer les pensions sur les salaires, mais sur les prix. « Cela a des effets d'autant plus pervers que la base des prix Insee est désuète, la part du logement y est notamment nettement sous-estimée », a jugé Marie-Thérèse Andreux, de la CFDT.

Les retraités ont également critiqué certaines mesures de la réforme de l'assurance maladie qui les touchent particulièrement : le forfait d'un euro non remboursable par consultation, l'augmentation de 0,5% de la CSG et la hausse du forfait hospitalier.

Les syndicats pensent par ailleurs que la loi Fillon sur les retraites risque d’aggraver la situation, notamment en matière de pensions de réversion. Suite à la polémique que ce sujet avait déclenché l’été dernier, le gouvernement avait demandé le 21 septembre dernier au Conseil d'orientation des retraites (COR) de rédiger un rapport dans les deux mois « pour décider d'éventuelles corrections à apporter » à la réforme des pensions de réversion. Le décret est pour le moment gelé. Le rapport devrait être remis par le COR dans un mois environ.

Le retraités représentent actuellement dans la population française une personne sur cinq. Selon les syndicats, on pourrait atteindre les 30% d'ici 2020, soit presqu'une personne sur trois.
France - Grogne des retraités, ils descendent dans la rue pour se faire entendre


Publié le Jeudi 21 Octobre 2004 dans la rubrique Retraite | Lu 1678 fois