Sommaire
Senior Actu

France – Fracture du poignet chez les seniors, souvent le signe d’ostéoporose


L’ostéoporose toucherait aujourd’hui 4 millions de Françaises. A partir de 50 ans presque une femme sur deux présente un risque de fracture ostéoporotique. Véritable « maladie silencieuse », son dépistage à un stade précoce est devenu une priorité en matière de santé publique. Malheureusement, elle n’est souvent détectée que lors d’une fracture vertébrale ou fémorale, traduisant une fragilité déjà avancée du squelette.

Or, il est démontré – dans 90% des cas –, et la plupart des femmes l’ignorent, que la fracture du poignet est la meilleure opportunité de diagnostic précoce de l’ostéoporose chez les femmes de 50 ans et plus.

Informer les femmes sur ce signal d’alarme déterminant et mobiliser les chirurgiens-orthopédistes sont les objectifs visés par l’étude ISEOR présentée à la presse le 15 janvier 2003 dans le cadre des Journées nationales du GRIO (Groupe de recherche et d’information sur les ostéoporoses).

Il s’agit de la première étude nationale visant à évaluer l’impact d’une campagne d’information auprès des chirurgiens orthopédistes pour améliorer chez la femme la prise en charge, après une fracture du poignet, d’une éventuelle ostéoporose.

A un an d’intervalle, un échantillon de 50 chirurgiens orthopédistes a communiqué les coordonnées des femmes de 50 ans et plus, opérées ou vues en consultation pour une fracture du poignet. Chaque patiente a été interrogée directement par téléphone sur sa prise en charge dans les 6 mois suivant la fracture. L’opération a été menée dans un premier temps de janvier à mars 2002 puis après la campagne de sensibilisation des chirurgiens orthopédistes, de janvier à mars 2003.

Les résultats de l’étude avant et après sensibilisation font apparaître une augmentation de plus de 50% du nombre de consultations de rhumatologues par les femmes atteintes d’une fracture du poignet. L’intérêt d’une mobilisation des chirurgiens orthopédistes pour une bonne prise en charge de l’ostéoporose après une fracture du poignet chez les femmes de plus de 50 ans semble ainsi confirmé.


Publié le Jeudi 22 Janvier 2004 dans la rubrique Santé | Lu 3216 fois