Sommaire
Senior Actu

France – Financer un établissement de plus par département et par an avec la journée de solidarité

Le porte-parole du gouvernement Jean-François Copé vient d’indiquer que la journée de solidarité, fixée au lundi de Pentecôte, permettra de financer « l'équivalent d'une maison de plus par département et par an » pour les personnes âgées dépendantes ou les personnes handicapées indique une dépêche de l'AFP.


Alors que cette journée de solidarité est contestée même dans la majorité, que le lundi de Pâques non travaillé n’a pas été un franc succès dans le Gard, le porte-parole de l’Elysée a rappelé cette semaine sur Canal+/i-télé « l'émotion nationale à la suite du drame de la canicule de l'été 2003 ». Et d’ajouter que cet évènement avait permis de s’apercevoir que le pays était l’un des moins bien équipé d’Europe en maisons de retraite médicalisées.

M. Copé a donc appelé « chacun à agir en responsabilité » en indiquant que les sommes récoltées par cette journée de travail iront « exclusivement au financement des personnes âgées dépendantes et aux personnes handicapées ». « Avec cela, on peut financer l’équivalent d’une maison de retraite de plus par département et par an » a-t-il ajouté.

Le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a par ailleurs indiqué cette semaine à Lyon que le gouvernement maintiendrait « le dispositif de la journée nationale de solidarité pour le lundi de Pentecôte », précisant qu' « un certain nombre d'entreprises et d'administrations (avaient) payé leur cotisation ».

Rappelons que cette journée devrait rapporter en 2005, deux milliards d’euros dont 1.2 milliard en faveur des personnes âgées (800 millions en faveur des personnes handicapées). Ces recettes seront intégralement gérées par la Caisse Nationale de Solidarité Autonomie (CNSA), caisse spécifiquement créée à cet effet. « La CNSA est l’assurance que toutes les recettes iront bien en faveur des personnes âgées et handicapées et en aucun cas pour financer d’autres mesures » rappelait un communiqué du secrétariat d’Etat de début février.

Sur les 1.2 milliard d’euros de recettes en faveur des personnes âgées, 815 millions d’euros sont déjà préaffectés comme suit : 400 millions pour le financement de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie ; 365 millions pour la médicalisation des établissements accueillant des personnes âgées et les soins à domicile et 50 millions pour la rénovation et la mise au norme d’établissements.

D’autre part, le Premier ministre a expliqué avoir « mis en place un comité d'évaluation pour qu'après cette année, à la fin du printemps, on puisse évaluer la situation ». Début février, Jean-Pierre Raffarin avait déjà déclaré que « pas un euro » de cette journée ne serait utilisé pour une autre action. Et d’insister à l’époque : « la cour des comptes, et je demanderai à Philippe Séguin d'être particulièrement vigilant sur ce sujet, pourra certifier qu'il n'y a pas un euro qui n'ira pas pour les personnes âgées et handicapées ».


Publié le Vendredi 1 Avril 2005 dans la rubrique Maisons de retraite | Lu 1638 fois