Sommaire
Senior Actu

France - Dispositif de contrôle des établissements pour personnes âgées dans l’Essonne

Le préfet, le président du Conseil général et le procureur de la République de l'Essonne (91) ont lancé la semaine dernière à Evry un « dispositif de surveillance et de contrôle des établissements pour personnes âgées » (DISCEPA) afin, entre autres, de prévenir la maltraitance, indique une récente dépêche de l’AFP.


Ce dispositif doit permettre de centraliser les plaintes et signalements concernant les conditions d'hébergement et de prise en charge des personnes âgées à la DDAS (direction départementale des affaires sociales), a indiqué à l’AFP le préfet Bernard Fragneau, soulignant que toutes « les maisons de retraite ne fonctionnent pas de manière optimale, même si la défiance ne doit pas être systématique ».

De son côté, le président du Conseil général Michel Berson (PS) a rappelé qu'entre 1970 et 2000, le nombre de plus de 75 ans avait doublé dans le département. Actuellement 11.000 personnes se trouvent en maison de retraite dans l'Essonne, soit 15% des plus de 75 ans. Selon lui « ce ne sera pas qu'un gendarme », le DISCEPA aura également une vocation de conseil.

Enfin, le procureur de la République, Jean-François Pascal, a estimé que « la présence de la Justice marque la volonté de voir des sanctions pénales contre tous les abus ».

Au sein de ce dispositif, une commission restreinte animée par la DDAS et le département, assurera le suivi des établissements dits « sensibles », c'est-à-dire ceux qui ont fait l’objet de signalement. Le dispositif prévoit aussi plus de visites inopinées sur les sites, suivies de recommandations et d'injonctions. En situation de crise, la commission pourra s'autosaisir et informer tous les acteurs du dispositif en temps réel, définissant les conduites à tenir.


Publié le Mercredi 16 Février 2005 dans la rubrique Maisons de retraite | Lu 2253 fois