Sommaire
Senior Actu

France – Conférence sur les soins anti-âge par le Dr. Lorcy, au salon Cosmeeting 2003


Dans le cadre du Salon Cosmeeting 2003 qui s’est tenu au Parc des expositions de Villepinte du 17 au 19 septembre dernier, le Dr Antoine Lorcy, spécialiste de la médecine anti-vieillissement, a donné une conférence sur les soins anti-âge.

Le spécialiste a énuméré les principaux traitements anti-vieillissement tout en exposant leurs effets positifs et négatifs. Il a particulièrement insisté sur la très grande efficacité de l’hormone de croissance qu’il qualifie de « Rolls-Royce» de l’anti-aging. Cette hormone, sécrétée de façon naturelle par le corps humain a pour principale utilité de maintenir les organes en bonne santé, une fois la croissance de l’individu accomplie. Avec le vieillissement, la sécrétion de cette hormone diminue ; il faut donc combler ce manque par un apport artificiel, dont l’action est multiple et rapide. Selon ce spécialiste, en l’espace de six mois, elle augmenterait la masse musculaire de 8 %, diminuerait la masse graisseuse de 15 %, comblerait les rides, épaissirait la peau, stimulerait la libido, renforcerait les cheveux, diminuerait le cholestérol, améliorerait la vue et la mémoire et augmenterait l’immunité corporelle et la résistance aux infections. Le Dr. Lorcy, qui affirme en consommer depuis deux ans, aurait lui-même constaté ses effets bénéfiques. Pourtant l’image de cette substance auprès du grand public, renforcée par le discours des médias, continue d’être mauvaise. En effet, il fût un temps (NDLR : dans les années 80) où l’hormone de croissance était fabriquée à partir d’hypophyses prélevées post mortem en Afrique et aux Caraïbes, ce qui avait de quoi en refroidir plus d’un souligne le médecin. Par ailleurs, plusieurs personnes auraient été infectées par la maladie de Creutzfeldt-Jakob, le virus de la vache folle, lors d’injections de ce type d’hormones. Mais, ainsi que l’a souligné le Dr. Lorcy, depuis 1985 cette hormone est élaborée de manière synthétique et ne présente donc plus de risque infectieux. Toutefois, la substance génère tout de même des effets secondaires plus ou moins gênants : syndrome « carpal tunnel » -élongation des tendons et des ligaments de la main-, douleur aux articulations, rétention d’eau, risque d’oedèmes, etc.

Autre traitement anti-âge connu, la DHEA. Cette hormone est produite dans les glandes surrénales dès l’âge de 6 ans. Après 70 ans, l’organisme n’en fabrique presque plus. Un apport externe en DHEA permettrait donc de renforcer la densité osseuse, d’améliorer la libido, de stimuler les défenses immunitaires, de prévenir les maladies cardiovasculaires et de ralentir la progression des maladies d’Alzheimer et de Parkinson. Cette hormone semble particulièrement efficace sous sa forme « femelle » -œstrogène. Elle est souvent prescrite aux femmes ménopausées. Elle diminuerait les bouffées de chaleur, la transpiration nocturne, la sécheresse vaginale et les risques d’ostéoporose. Comme tout produit actif, la DHEA comporte des effets secondaires –excès de sébum, hyper pilosité, insomnie, ralentissement du rythme cardiaque… Toutefois selon le Dr. Lorcy, il s’agirait généralement d’un surdosage ou d’une automédication. La vente de la DHEA étant très réglementée en France, de nombreuses personnes se la procurent sur Internet, d’où une automédication assez répandue.

Enfin, le Dr. Lorcy a également souligné l’importance de la consommation d’anti-oxydants dans la lutte contre le vieillissement. On les trouve sous des formes multiples : vitamine E et C, oligo-éléments –sélénium, zinc, cuivre, manganèse, etc-, le glutathion, le coenzyme Q10 et la mélatonine principalement.

Le praticien a conclu en précisant qu’il y n’a pas d’âge fixe pour commencer à consommer ce type traitement. Il souligne tout spécialement l’importance d’une bonne hygiène de vie et d’un bon mental pour rester jeune.


Publié le Mardi 23 Septembre 2003 dans la rubrique Bien-être | Lu 2315 fois