Sommaire
Senior Actu

France - Catherine Vautrin remplace Hubert Falco et le ministre délégué devient secrétaire d'Etat


Le président de la République, Jacques Chirac et son Premier ministre Jean-Pierre Raffarin ont procédé à un mini-remaniement du gouvernement suite à la décision du ministre délégué aux Personnes âgées, Hubert Falco de quitter son poste pour rester sénateur du Var et maire de Toulon, vient d’annoncer l'Elysée.

Aux termes de ce réaménagement, Catherine Vautrin, qui était secrétaire d'Etat à l'Intégration et à l'égalité des chances auprès de Jean-Louis Borloo, remplace Hubert Falco au rang de secrétaire d'Etat aux Personnes âgées, et non plus ministre délégué, comme c’était le cas de son prédécesseur.

« Sur la proposition du Premier ministre, le président de la République a mis fin aux fonctions d'Hubert Falco, ministre délégué aux Personnes âgées, à la demande de ce dernier », a indiqué l'Elysée. M. Falco, suite à son élection aux sénatoriales le 26 septembre dernier, avait exprimé sa volonté de rester maire de Toulon, fonction incompatible avec son poste de ministre, avait réaffirmé récemment Jacques Chirac.

M. Falco bénéficiait depuis son entrée au gouvernement en 2002 d'une dérogation, compte tenu de la spécificité de la situation politique de sa ville, Toulon, qu’il avait arrachée au FN de Jean-Marie Le Chevallier aux municipales de 2001, un an avant la réélection de Jacques Chirac à l’Elysée. A 57 ans, M. Falco a donc participé mercredi dernier à son dernier Conseil des ministres.

Au ministère des Personnes âgées, « j'ai essayé de faire, et de bien faire, la mission qui m'a été confiée, anticiper et accompagner le vieillissement de notre société, essayer de trouver des solutions, des moyens pour faire face à cette grande révolution sociale », précisait récemment M. Falco. « Il y a aujourd'hui beaucoup plus de moyens et une politique, mais il reste encore beaucoup à faire car ce sujet n'est pas un sujet de mode », a-t-il ajouté, car « il y aura toujours plus de personnes âgées dépendantes ». Le ministre indiquait par ailleurs qu’il resterait marqué par « le terrible drame de la canicule ». Et d’ajouter qu’il avait « essayé de changer le regard que la société peut porter sur les personnes âgées ».

Toutefois l’action de M. Falco n’a pas fait l’unanimité. L’Association Française de Protection et d' Assistance aux Personnes Âgées (AFPAP) remarquait dans un communiqué du 16 octobre dernier qu’« il était de plus en plus critiqué et de moins en moins présent aux côtés des personnes âgées ». Et d’ajouter que « depuis sa nomination au ministère, M. Falco ne brillait pas par la pertinence de ses actions entreprises au profit de nos aînés ». L’association considère que son bilan comme mitigé : « il n'aura pas permis aux aînés d'avoir la reconnaissance qu'ils étaient en droit d'attendre » et de conclure : « les personnes âgées ne méritaient-elles pas plus et mieux ... ainsi qu’un ministre à temps plein ? »

Par ailleurs, interrogé sur ses relations avec son ministre de tutelle Philippe Douste-Blazy, suite à l’article du Canard Enchaîné mentionnant une altercation entre les deux hauts fonctionnaires le 22 septembre dernier lors d’une pause-café dans les salons de l’Elysée, il a affirmé « on est différents, je n'ai pas aimé certaines de ses façons. Je lui ai parlé d'homme à homme, mais je n'ai pas été insultant. »

Mme Catherine Vautrin est née le 26 juillet 1960. Elle est titulaire d’une maîtrise de droits des affaires. Elle a travaillé à partir de 1986 pour l’assureur-vie américain, le groupe Cigna. Elle y a exercé successivement le poste de chef de produits, directrice marketing et communication France puis de l'Europe Occidentale.

En 1999 elle est nommée directrice générale adjointe des services du conseil régional de Champagne-Ardenne. Conseiller municipal de Reims de 1993 à 1999, elle fut élue député de la Marne en juin 2002. Présidente du groupe d’études parlementaire sur les marchés et commerces non-sédentaires, rapporteur pour avis du budget de La Poste et des Télécommunications, Catherine Vautrin fut également vice-présidente de la mission d’information parlementaire sur l’évaluation des conséquences économiques et sociales de la législation sur le temps de travail.

« Je suis sensible à la confiance qui m'est faite », a-t-elle déclaré hier soir. Pour sa part, son ministre de tutelle, Philippe Douste-Blazy, s'est réjoui de « compter dans son équipe une femme d'action et de convictions pour répondre efficacement aux enjeux qui concernent nos aînés ».
Copyright Assemblée nationale


Publié le Vendredi 29 Octobre 2004 dans la rubrique Divers | Lu 2830 fois