Sommaire
Senior Actu

France - Cancer du sein, mobilisation pour le dépistage


Le programme de dépistage organisé du cancer du sein propose à toutes les femmes âgées de 50 à 74 ans une mammographie de dépistage gratuit tous les 2 ans dans des cabinets de radiologie ayant signé une convention spécifique avec l’Assurance Maladie.

Pour en savoir plus vous pouvez contacter le numéro vert suivant : 0 800 10 50 32.

Il s’agit d’un dépistage de qualité garantissant un matériel répondant à des normes précises et régulièrement contrôlé, des radiologues formés au dépistage et interprétant au moins 500 mammographies par an. Pour plus de sécurité, toutes les mammographies pour lesquelles le radiologue n’a rien décelé d’anormal sont relues par un deuxième radiologue, formé spécialement à la deuxième lecture.

Le remboursement des mammographies sont prises en charge à 100 % par l’Assurance maladie.

L’organisation du dépistage est confiée à des structures départementales, le plus souvent des associations loi 1901, qui travaillent grâce aux fichiers des assurés fournis par l’Assurance Maladie, après accord de la CNIL.

L’ADECA 75 est l’association chargée d’organiser le dépistage organisé du cancer du sein pour Paris. Elle a été créée le 2 novembre 2002 et regroupe le Département de Paris, la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de Paris et les autres régimes de Sécurité Sociale, les professionnels de santé, la Ligue contre le Cancer, les mutuelles et les usagers. Elle est essentiellement financée par le Département de Paris et l’Assurance Maladie. Elle est présidée par Madame Anne Hidalgo, 1ère adjointe au maire de Paris.

Le cancer du sein est le plus fréquent des cancers féminins et reste, encore aujourd’hui, la principale cause de mortalité par cancer chez la femme : 11 637 décès en 2000. En nombre de nouveaux cas, il se situe au premier rang de tous les cancers (41 845 nouveaux cas en 2000).

Détecté à un stade précoce, ce cancer a des chances élevées de guérison. La survie des patientes est directement liée à la taille de la tumeur et à l’envahissement ganglionnaire. Ainsi 90 % des femmes présentant un cancer du sein de moins de 1 cm sans atteinte ganglionnaire guérissent. Ce n’est le cas que pour 55% d’entre elles s’il existe un envahissement ganglionnaire. En France, même si le dépistage individuel se développe depuis des années, il reste insuffisant.

Le dépistage à Paris. 330 000 parisiennes de 50 à 74 ans sont concernées par ce dépistage. Paris a débuté la campagne du dépistage organisé et gratuit en mai 2003. Une campagne de dépistage durant deux ans, la première se terminera donc le 30 avril 2005 prochain.

Au 1er septembre 2004, déjà 182 442 femmes ont été invitées à se faire dépister (toutes les autres parisiennes concernées recevront une invitation avant le 30 avril 2005) : 14,8% d’entre elles ont réalisé une mammographie dans le cadre du dépistage organisé et gratuit ; 14.3 % d’entre elles ont communiqué la date de leur dernière mammographie et seront donc invitées deux ans après à se faire à nouveau dépister dans le cadre du dépistage organisé et gratuit.

Nous constatons aujourd’hui que 70% des femmes ayant passé une mammographie dans le cadre du dépistage organisé sont déjà suivies par des médecins avaient déjà eu une mammographie.

Ces chiffres sont à prendre avec prudence puisqu’ils sont intermédiaires. De plus, on s’aperçoit qu’un grand nombre de femmes ne donnent pas suite immédiatement à leur invitation, très probablement parce que leur précédente mammographie date de moins de deux ans.

La première année de cette campagne a permis de réaliser 28 465 mammographies,
92% étaient négatives dont 3% ont nécessité des examens complémentaires ou un suivi personnalisé après la 2ème lecture par un radiologue. A ce jour, 89 cancers ont été détectés, dont 4.5% grâce à la deuxième lecture.

L’objectif majeur du dépistage est d’obtenir à terme, une baisse sensible de la mortalité due au cancer du sein. Pour cela, nous devons faire en sorte que 80% des femmes de 50 à 74 ans passent une mammographie tous les deux ans dans le cadre du dépistage organisé.

Or à ce jour à Paris comme dans le reste de la France, le taux de participation des femmes reste insuffisant.

Cette nouvelle sensibilisation s’adresse à l’ensemble des femmes parisiennes, quelle que soit leurs revenus, leurs positions sociales, leur historique médical… En 2004-2005, l’Adeca 75 concentrera une partie de ses efforts à sensibiliser les femmes de 50 à 74 ans qui ne se font pas ou ne se font plus dépister à bénéficier de ce programme puisque, jusqu’à présent, elles ont peu répondu aux invitations. Elles sont aujourd’hui peu représentées.

Pour simplifier la compréhension de la campagne et pour matérialiser le « passeport » avec lequel tout devient plus facile et entièrement gratuit, l’Adeca 75 a développé un bon de mammographie gratuite. Ce bon sera l’emblème de cette nouvelle campagne de communication et apparaîtra sur chacun des supports de communication.

Pour se faire dépister, c’est très simple … Aujourd’hui, il existe deux façons de bénéficier du dépistage organisé du cancer du sein : 1/ Adopter une démarche volontaire. Chaque femme ayant été en contact avec la campagne de communication est invitée à appeler le numéro vert du programme (0 800 10 50 32), largement diffusé par la campagne de communication parisienne, pour recevoir une lettre d’invitation au dépistage organisé. 2/ Attendre de recevoir une invitation. Les parisiennes peuvent également attendre de recevoir le courrier de l’Adeca 75. Il est composé d’une lettre d’invitation avec un bon de mammographie gratuite personnalisé (codes barres au dos reprenant l’ensemble des informations personnelles) et de la liste complète des 96 centres de radiologie partenaires du dépistage organisé à Paris.

Aujourd’hui 96 centres de radiologie participent au dépistage organisé à Paris et ont tout spécialement signé une convention spécifique avec l’assurance maladie. En terme de procédure, et dans un souci de sécurité et de qualité, le dépistage organisé impose que toutes les mammographies pour lesquelles le premier radiologue n’a rien décelé soient réexaminées par un deuxième radiologue.

Pour la majorité des femmes qui ne sont pas suivies gynécologiquement, les médecins généralistes et les pharmaciens sont les principaux, et parfois uniques, interlocuteurs médicaux. L’Adeca 75 a donc choisi de les sensibiliser au dépistage organisé. Un courrier, qui sera envoyé à 2 816 médecins généralistes et 1 084 pharmaciens parisiens, les invitera à devenir, eux aussi, acteurs du dépistage : en leur donnant la possibilité de disposer des affiches de la campagne dans leurs salles d’attentes ou leurs officines ; en leur proposant de distribuer massivement des bons de mammographie gratuite à leurs patientes (70 bons par médecin et par pharmacien).

Toutes les femmes parisiennes de 50 à 74 ans seront bien sûr sensibilisées au dépistage organisé. Tout comme cette année, une lettre d’invitation leur sera envoyée à l’approche de leur date d’anniversaire pour les encourager à se faire dépister gratuitement. Si elles ont déjà réalisé une mammographie il y a moins de deux ans, l’invitation leur proposera d’en renseigner la date afin que deux ans après elles puissent recevoir une nouvelle lettre d’invitation et ainsi bénéficier d’une mammographie gratuite.

Si les femmes ne se sont pas manifestées dans les cinq mois suivants cette invitation (ni n’ont effectué de mammographie, ni n’ont renseigné sur la date de leur dernière mammographie), elles recevront alors une seconde lettre d’invitation (lettre de relance).

France - Cancer du sein, mobilisation pour le dépistage


Publié le Mercredi 6 Octobre 2004 dans la rubrique Santé | Lu 8007 fois