Sommaire
Senior Actu

France – Bertrand Delanoë auditionné par la commission d’enquête parlementaire sur la canicule


Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a été entendu mardi 13 janvier à l’Assemblée Nationale par la commission d’enquête parlementaire sur la canicule. Il a déclaré que « la collectivité parisienne a agi » pendant le drame, tout en admettant que nul n’avait identifié « un risque sanitaire majeur », rapporte l’agence de presse AFP.

La canicule a provoqué dans la capitale 1 154 morts de plus qu’en août 2002, soit une surmortalité de 127%. Celle-ci a été de 160% en Seine-Saint-Denis, de 161% dans les Hauts-de-Seine et de 171% dans le Val-de-Marne.

Seul maire auditionné par la commission, M. Delanoë a souligné le caractère particulier de la capitale où des records historiques de chaleur ont été combinés à un dépassement de pollution à l’ozone d’une durée inédite (dix jours). D’autre part, la structure des bâtiments (densité, toits en zinc…) a eu un lourd impact sanitaire, selon le maire. Autre spécificité : les plus de 75 ans (170 000 personnes) représentent 8% de la population parisienne, contre 6% en Ile-de-France, et 95% des plus de 80 ans vivent à domicile. Enfin, dans la capitale les responsabilités sont partagées entre le maire et le préfet de police.

Paris a diffusé dès le 6 août des consignes de prévention sur ses panneaux lumineux. Le 11 août, la ville est entrée dans la gestion de crise, a expliqué M. Delanoë, alors absent. Il a déploré « un trop grand cloisonnement des acteurs », qui « a nui à la mise en commun des signaux d’alerte ». De plus, il a souligné l’absence de dispositif de crise pré-existant.


Publié le Mercredi 14 Janvier 2004 dans la rubrique Divers | Lu 314 fois