Sommaire
Senior Actu

Fracture de la hanche : des chiffres multipliés par -presque- quatre d’ici 2050

Compte tenu du vieillissement de la population mondiale, une récente étude menée par des chercheurs australiens et britanniques, parue récemment dans la célèbre revue médicale The Lancet, suggère que le nombre de fractures de la hanche pourrait presque quadrupler d’ici le milieu de ce siècle, passant de 1,7 million (en 1990) à 6,3 millions.


Selon Philip Sambrook, spécialiste des os à l'Université de Sydney (Australie) et co-auteur de cette étude, une femme sur deux et un homme sur trois (ou quatre) se fractureront au cours de leur vie. Et le chercheur de rappeler qu'en « vieillissant, les risques de fractures augmentent avec la fragilisation de os qui deviennent poreux. Il s'agit de l’ostéoporose ».

« Et de toutes les fractures, précise-t-il encore, celle de la hanche est la plus dévastatrice. Cela signifie souvent que la personne âgée devient dépendante, qu'elle ne peut plus habiter chez elle seule, qu'elle doit entrer en institution. Plus grave encore, on constate souvent des décès dans les six mois qui suivent la fracture ».

Après avoir étudié différents rapports sur la question, tous réalisés ces dernières années, ces scientifiques anglo-saxons ont estimé que si le taux de ces fractures de la hanche reste stable, on comptera plus de six millions de cas d'ici 2050, presque quatre fois plus qu'en 1990. En revanche, si le taux augmente, ne serait-ce que d'1%, le chiffre pourrait alors atteindre les 8.2 millions… Or malheureusement, il semblerait que dans de nombreuses parties du globe, le taux de ces fractures soit en hausse, précisent les auteurs de l'étude. .../...
Fracture de la hanche : des chiffres multipliés par -presque- quatre d’ici 2050

D’autre part, ajoute le scientifique, le coût annuel –direct et indirect- des fractures de la hanche (aussi appelée fractures du col du fémur)- était estimé il y a dix ans, en 1997, à 132 milliards de dollars. Or, ce chiffre est en constante augmentation compte tenu de la hausse de la part de personnes de 65 ans et plus dans la population. « Cette maladie représente donc une forte pression financière pour les malades, mais aussi pour les Etats. Nous vivons plus vieux, et pour différentes raisons, peut-être parce que nous ne consommons pas suffisamment de calcium dans nos régimes ou parce que nous ne faisons pas assez d'exercices, le risque de développer cette maladie augmente et pourrait devenir une véritable épidémie dans les années à venir ».

Rappelons que la plupart des fractures de la hanche sont dues à des chutes. Les chercheurs préconisent donc la prévention de ces chutes et suggèrent l'utilisation de protége-hanches, conseillent d'éviter les fils électriques traînant par terre, les tapis non fixés. Ils préconisent également un meilleur éclairage, et si possible le maintien d'une activité physique.

Philip Sambrook indique enfin, que même si des traitements existent contre l’ostéoporose, qu’ils ont même bien progressé au cours de la dernière décennie, notamment les biphosphonates, ils ne réduisent les fractures que de moitié. Il est donc primordial, selon lui, de trouver rapidement de nouveaux médicaments, plus efficaces, qui pourront faire face à l’augmentation des fractures dans le monde. Il considère aussi que les gouvernements doivent rapidement mettre en place des politiques de dépistage précoce de cette pathologie… Et c'est justement ce que vient de faire la France.

Remboursement de l'ostéodensitométrie en France : 1er juillet 2006

Fracture de la hanche : des chiffres multipliés par -presque- quatre d’ici 2050
En effet, en février dernier, le ministre de la Santé Xavier Bertrand annonçait officiellement le remboursement à partir du 1er juillet 2006 par la Sécurité sociale –à hauteur de 70%-, de l'ostéodensitométrie, examen qui sert à mesurer la densité osseuse par rayon X et permet donc de détecter l'ostéoporose.

Comme le soulignait le ministre le 22 octobre dernier à l'occasion de la Journée de la femme, "en France, la prise en charge de l'ostéoporose coûte entre 500 et 600 millions d'euros par an". Et Xavier Bertrand de préciser qu’il était « temps que notre système de santé prenne le virage de la prévention ».

Pour aller plus loin, lire aussi
Ostéoporose : efficacité d'un traitement chez les femmes âgées de 80 ans et plus
Remboursement de l'ostéodensitométrie : Femme pour toujours s'en réjouit mais veut plus de précisions


Publié le Jeudi 29 Juin 2006 dans la rubrique Santé | Lu 6429 fois