Sommaire
Senior Actu

Foudres de guerre de Benjamin Berton : le club dézingue


Avec « Les Faux Monnayeurs » André Gide met en scène un groupe de collégiens et d’étudiants qui, déboussolés dans un monde qui a perdu ses valeurs et ses références, feront l’expérience de l’apprentissage et de l’aventure pour les mener à la maturité.
Foudres de guerre de Benjamin Berton : le club dézingue

Là où Gide décrivait des jeunes en devenir, mêlant leur révolte et leurs interrogations, Benjamin Breton, présente une bande de jeunes hommes désabusés, égarés dans une France ramenée « dans un temps pompidolien mythifié, où il n’y avait ni pauvres, ni pédés, ni étrangers, ni ennemis de Jésus Christ ».

L’action se passe en 2013. A la tête du groupe est Goshn Frost, personnage énigmatique au charisme christique, sorte de gourou qui impose la paix tout autour de lui. Il délivre avec parcimonie des sentences sibyllines au parfum post-soixante-huitard telles que « Qu’est-ce que vous voulez faire pour que ça change ? Rien. Alors ne faites rien et tout cela changera selon vos vœux » ou « c’est le trouble qui fait apparaître l’eau claire ».

Il est accompagné de quatre compagnons dotés chacun de capacités paranormales. Ils sont entraînés, un peu malgré eux, dans une équipée mouvementée qui fait penser par moment à une bande dessinée. Il y a un petit côté Pieds Nickelés dans leur société secrète.

Leurs aventures emportent l’adhésion de la jeunesse qui prend fait et cause pour eux. Leur popularité devient telle qu’elle met en péril le pouvoir qui est prompt à réprimer le mouvement.

C’est un roman vif, haletant, drôle, pas toujours politiquement correct, dérangeant parfois et à la morale passablement pessimiste. C’est une attaque bien menée contre l’idéologie dominante (« un rêve pour la France (…) un cauchemar pour les Français ») qui permet de se demander si l’idéalisme candide de Goshn Frost n’est pas, tout bien compté, de la fausse monnaie.

Foudres de guerre
Benjamin Berton
Editions Gallimard
380 pages
21 euros


Publié le Lundi 3 Septembre 2007 dans la rubrique Culture | Lu 5274 fois