Sommaire
Senior Actu

Formation professionnelle : les salariés seniors restent sur la touche…

« Les mesures prises depuis 2006 pour faciliter l'accès à la formation professionnelle des travailleurs vieillissants restent de faible ampleur. Tel est le constat de l'OCDE » souligne l’Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) dans un récent communiqué.


Des mesures ont été prises en France afin de faciliter l'accès des salariés seniors à la formation professionnelle et de renforcer leur employabilité, mais elles restent de faible ampleur.

Tel est le constat de l'OCDE dans un rapport de suivi sur les actions mises en oeuvre entre 2006 et 2011 pour améliorer les perspectives des travailleurs âgés sur le marché du travail, qui vient d'être rendu public.

Ainsi, en 2011, le taux d'emploi des travailleurs âgés de 50 à 64 ans en France est en progression par rapport à 2005 de 1,1 point (de 53,6 à 54,7 %), mais… il est de 6,5 points en dessous de la moyenne de l'OCDE (61,2 %).

Par ailleurs, le taux d'accès à la formation des salariés varie toujours largement selon l'âge et la catégorie socioprofessionnelle. Les cadres et les plus jeunes accèdent davantage à la formation que les ouvriers et les seniors. De fait, il n'y a eu que 4.300 contrats de professionnalisation qui ont été conclus pour les seniors en 2011 alors que l'objectif était de 10.000 contrats, souligne encore le rapport de l’OCDE.

En France, parmi les actions mises en oeuvre, figurent le dispositif de prise en charge par des seniors du tutorat de jeunes de moins de 26 ans embauchés depuis moins de six mois ou de stagiaires expérimenté jusqu'au 31 décembre 2011 et l'aide supplémentaire de 2.000 euros à l'embauche des seniors dans le cadre de contrats de professionnalisation.

Les engagements de développement de l'emploi et des compétences (Edec) constituent également un des dispositifs d'incitation dont dispose l'État pour aider les branches et les entreprises (en particulier les PME) à s'engager dans des démarches d'anticipation des mutations et de prévention des risques d'inadaptation des salariés à l'emploi. Ce dispositif concerne principalement les salariés de plus de 45 ans qui sont considérés comme prioritaires rappelle l'OCDE.


Publié le Lundi 7 Janvier 2013 dans la rubrique Emploi | Lu 1827 fois