Sommaire
Senior Actu

Fnadepa, un 22ème congrès national à Besançon ayant pour thème : Le temps

La Fnadepa (Fédération Nationale des Associations de Directeurs d'Etablissements et services pour Personnes Agées) organise les jeudi 31 mai et vendredi 1er juin prochains son 22ème congrès national qui se tiendra cette année à Besançon dans le Doubs et qui aura pour thème : le temps, un espace à vivre- en établissements et services pour personnes âgées.


Au milieu du 19ème siècle, les français vivaient deux fois moins longtemps. « Aujourd’hui, ajoute le communiqué de la Fnadepa, la retraite se prolonge sur plusieurs décennies. Lorsque l’on observe une personne âgée, on peut penser que le temps s’est arrêté autour d’elle. A partir de 70 ans, une impression de détachement peut apparaître. C’est à cet âge que les diagnostics les plus difficiles commencent à être posés, notamment en ce qui concerne les troubles cognitifs. Et que les personnes concernées entrent en établissement ou se font aidées par les services ».

Besançon est la ville du temps. La fabrique nationale d’horlogerie y a été fondée dès 1793 par un suisse, Laurent Mégevan. En 1880, la ville produit 90% des montres françaises. La première montre électrique est inventée par Fred Lip en 1952. Il présenta aussi la première montre à quartz en 1971. C’est également à Besançon que fut mise au point la première horloge atomique en 1954 et que s’y trouve toujours l’Ecole Nationale Supérieure de Mécanique et des Microtechniques.

C’est pourquoi la FNADEPA trouve opportun d’aborder la symbolique du temps pour son 22ème congrès national, à Besançon. .../...

La personne humaine entretient avec le temps une relation qui évolue avec l’âge. Elle se présente au minimum en deux temps distincts : le temps chronologique, occupé (repas, toilette, etc.) et le temps de l’être (ne rien faire et pourtant vivre).

On peut se demander ce que deviennent les gens dans le temps. Si les maisons de retraite existent c’est qu’il y a un temps où les personnes ne peuvent plus rester chez elles. La représentation du temps des personnes confrontées au vieillissement et à la mort est différente de la perception qu’elles en avaient dans leur jeune temps. Leur vie sociale se modifie mais perdure dans le temps.

La mort est présente tout au long de la vie ; elle ne peut être réduite au décès de la personne : ce n’est que le dernier acte. Le directeur d’établissement doit trouver le lien entre le temps passé et la mort ; il doit donner du sens aux projets de l’équipe, à celui de la structure et à la vie des personnes accompagnées. Or, le sens ne prend sens que dans la mesure où il s’inscrit dans le temps.


Publié le Lundi 21 Mai 2007 dans la rubrique Maisons de retraite | Lu 3447 fois