Sommaire
Senior Actu

Fin de partie de Beckett : les mots triomphent, alors que les corps, dévastés et vieillis, se perdent (théâtre)

Depuis le 23 septembre dernier, la pièce de Samuel Beckett intitulée « Fin de partie », mise en scène par Charles Berling, est jouée au Théâtre de l’Atelier à Paris. « C'est l'occasion pour moi de parler de la vieillesse sans que ce soit douloureux, avec plaisir. La mort est un sujet vivant, qui intéresse énormément les vivants » indique dans le dossier de presse l’acteur et metteur en scène Charles Berling.


L'histoire : pour Hamm, cloué dans son fauteuil à roulettes, les yeux fatigués derrière des lunettes noires, il ne reste plus qu'à tyranniser Clov.

Alors qu'au fond de cet intérieur vide, les parents de Hamm finissent leur vie dans des poubelles, les deux héros répètent devant nous une journée visiblement habituelle.

Ils dévident et étirent ensemble le temps qui les conduit vers une fin qui n'en finit pas, mais avec jeu et répartie, comme le feraient deux partenaires d'une ultime partie d'échecs.

Ainsi, les mots triomphent, alors que les corps, dévastés et vieillis, se perdent. Hamm et Clov usent du langage comme d'un somptueux divertissement, en des échanges exaspérés et tendres.

Beckett a su avec jubilation écrire le langage de la fin, une langue au bord du silence, qui s'effiloche et halète, transparente et sereine, dernier refuge de l'imagination.
Fin de partie

Entretien avec Charles Berling à propos de la mise en scène

Pourquoi avoir choisi Beckett et plus précisément Fin de partie ?
Beckett me passionne. Il a un regard de poète absolu, une incroyable lucidité sur la condition humaine, la violence qui régit les rapports humains. Et puis, c'est un auteur qui a réussi à briser et reformuler tous les codes du théâtre. Quand on lit ses textes de théâtre on est dans une écriture inattendue, singulière. Beckett est dans le langage du corps. La pantomime n'est pas loin. Le clownesque également. Ce sont ces dimensions qui me bouleversent, m'émeuvent et me font rire.

Fin de partie est une pièce que je trouve parfaite, elle associe si bien la violence absolue, la tragédie humaine à la fantaisie, au rire, au loufoque. J'ai le sentiment que ni l'auteur, ni les personnages ne se prennent au sérieux, il y a une forme de distance par rapport au drame de la vie que je trouve absolument réjouissante. Ce n'est pas pour rien qu'on parle de ce regard d'aigle de Beckett. Il sait qu'à la base de toute relation humaine, il y a un rapport de force, un dominant et un dominé. C'est ce que raconte Fin de partie mais à la manière des clowns, c'est à dire avec de l'outrance.

Parlez-nous du processus de création...
Quand je monte une pièce, je travaille par étapes. Par strates. La distribution m'obsède un premier temps. Au départ j'étais dans une idée réaliste du lien de filiation entre Clov et Hamm. Pour Hamm je pensais à quelqu'un de plus âgé que moi, qui joue Clov. Et puis, quand on m'a parlé de Dominique Pinon, pour jouer Hamm, je me suis dit que la relation père, fils entre Clov et Hamm tenait plus à l'organisation de leur vie, de leur quotidien et que leur âge passait au second plan. Il se trouve que Fin de partie est la première pièce que Dominique Pinon a vu adolescent et que c'est celle qui lui a donné envie de faire du théâtre, il est donc très intéressé pour jouer Hamm. Pour les deux autres personnages dans les poubelles, je souhaite de très vieux acteurs pour que le spectateur voit la vieillesse devant lui, qu'il l'admire et qu'il en rit en même temps. Pas des acteurs grimés en vieux.

Que vous évoque cette vieillesse ?
Grâce à cette pièce je rencontre une génération d'acteurs un peu oubliés, exclus et devenus presque invisibles. Comme Nagg et Nell dans la pièce. C'est l'occasion pour moi de parler de la vieillesse sans que ce soit douloureux, avec plaisir. La mort est un sujet vivant, qui intéresse énormément les vivants. Dans l'univers de Beckett on fout les vieux dans une poubelle. Beckett raconte quelque chose de très dur et très cruel mais les vieux dans la poubelle sont craquants. Il y a autour de leurs personnages de la violence, de la cruauté mais un humour, une tendresse et un charme incroyables. Le regard de Beckett sur la vieillesse est sans concession en même temps qu'il déculpabilise.

Comment se sent-on avec toutes ces indications scéniques, les didascalies ?
C'est comme une magnifique symphonie écrite par un génie, un maître de théâtre. Toutes les didascalies sont de précieuses indications de jeu et Beckett, à travers elles, nous suggère le rythme de la pièce. On les interprétera au même titre qu'on interprètera les dialogues, et ce cadre particulier que donne Beckett dans son écriture est plus un facteur de liberté qu'une contrainte. Beckett a écrit des pièces de théâtre qui ne sont pas seulement des dialogues mais aussi des mouvements.

Comment la scénographie contribuera à cette « partition musicale » ?
Au départ c'est parti des poubelles que j'imaginais en fer donc faisant un bruit violent. Nous avons réfléchis avec le décorateur sur le rôle du fer, entre autres, dans le décor. Je souhaite également que les murs résonnent, qu'ils vibrent au rythme de la pièce. C'est une façon de raconter la violence et la fébrilité de la pièce, de cet univers froid où les êtres sont pourtant en ébullition. C'est un intérieur gelé, mortifère et paradoxalement extraordinairement vivant, jubilatoire et drôle. Ils y voudraient enfin de l'ordre, ils n'y créent que plus de chaos. La force de Beckett est qu'il décrit une réalité très simple mais qu'il n'en ferme jamais le sens.

En conclusion...
La forme que je voudrais donner au spectacle doit être pour moi extrêmement simple en rapport avec la réalité des situations de la pièce. Toute mise en scène doit être reliée à la vie d'aujourd'hui. Cela doit résonner pour le public, transformer le regard, enrichir, rendre plus conscient des choses, un peu plus vivant. A l'instar de grand artiste comme Louise Bourgeois exposée en ce moment à Beaubourg, Beckett se sert de l'art, ici du théâtre, pour se libérer des souffrances de la condition humaine. Il nous libère de ce fait. Je l'en remercie et c'est pourquoi je veux le servir au plus près de ce qu'il nous a laissé. Fin de partie est une pièce époustouflante que nous interpréterons avec modestie mais ferveur.

Samuel Beckett (1906-1989)

Samuel Beckett est né à Dublin le 13 avril 1906. Issu d'une famille protestante, il étudie le français, l'italien et l'anglais au Trinity College de Dublin. En 1928, il est nommé lecteur d'anglais à l'École Normale Supérieure de Paris, et fait la connaissance de James Joyce, dont il traduit en 1930 Anna Livia Plurabelle. Cette rencontre aura une profonde influence sur son oeuvre.

De 1931 à 1937, il effectue de nombreux voyages, résidant tantôt en France, tantôt en Angleterre, mais à partir de 1938, il se fixe définitivement à Paris. Il écrit son premier roman, Murphy, qui fit l'objet de trente-six refus avant d'être finalement publié en 1935, en anglais. Jusqu'à la guerre, Beckett écrit ses livres en anglais. Lors de la déclaration de la guerre, il se trouve en Irlande. Il regagne alors précipitamment la France, préférant « la France en guerre à l'Irlande en paix ».

Pendant la guerre, il s'engage dans la Résistance et rejoint le Vaucluse où il écrit son deuxième roman, Watt, et invente la figure du "clochard" que l'on retrouvera constamment dans son oeuvre. Après 1945, il commence à traduire ses ouvrages antérieurs - notamment Murphy - en français et à écrire des poèmes et des nouvelles dans cette langue. Par la suite, il écrira la majeure partie de son oeuvre en français, choisissant ainsi volontairement de travailler avec et sur une langue qui n'est pas la sienne.

Il retourne ensuite à Paris où il écrit des romans, Premier Amour, Molloy... et des pièces de théâtre, Eleuthéria, En attendant Godot, Fin de partie... Les années 1960 représentent une période de profonds changements pour Beckett. Le triomphe que rencontrent ses pièces l'amène à voyager dans le monde entier pour assister à de nombreuses représentations, mais aussi participer dans une large mesure à leur mise en scène. C'est en 1953 avec la pièce En attendant Godot, présentée à Paris dans une mise en scène de Roger Blin qu'il acquiert sa renommée mondiale, consacrée par le prix Nobel de littérature qui lui est décerné en 1969.

Fin de partie a été créée, en français, le 1er avril 1957, à Londres, au Royal Court Theatre, dans une mise en scène de Roger Blin, avec la distribution suivante : Nagg (Georges Adet), Nell (Christine Tsingos), Hamm (Roger Blin), Clov (Jean Martin). La pièce a été reprise le même mois, à Paris, au Studio des Champs-Élysées, avec la même distribution, à cette exception près que le rôle de Nell était alors tenu par Germaine de France.

Infos pratiques

Fin de partie avec Charles Berling, Dominique Pinon, Dominique Marcas et Gilles Segal
Représentations en soirée du mardi au samedi à 21h, samedi et dimanche à 16h.

Pièce en un acte pour quatre personnages, écrite en français entre 1954 et 1956.
Première publication aux Éditions de Minuit.


Locations : 01 46 06 49 24

www.theatre-atelier.com
1 place Charles Dullin 75018 Paris - métro Anvers ou Abbesses


Publié le Mardi 21 Octobre 2008 dans la rubrique Culture | Lu 21620 fois