Sommaire
Senior Actu

FUSS : une avancée dans le domaine de l’implant capillaire

Il est parfois tentant de recourir à une greffe de cheveux afin de réduire les zones du crâne un peu trop dégarnies... Hors, une nouvelle technique d’implants capillaires (FUSS) permettrait de réduire considérablement les calvities très importantes grâce à de grosses séances de plus de 500 greffons.


FUSS
La chute des cheveux se traite facilement avec des traitements anti-chute qui nourriront le follicule pileux de l’intérieur en lui apportant des vitamines et des oligo-éléments adaptés, sous forme de compléments alimentaires performants. Mais parfois les produits ne suffisent pas à enrayer définitivement la chute. C’est alors qu’il faut envisager la greffe de cheveux.

Le principe de la greffe de cheveux :

La greffe de cheveux ne multiplie pas les cheveux, mais les redistribue en utilisant le capital cheveu de chacun, et ce en prélevant une bandelette de cuir chevelu dans la nuque (zone donneuse). Cette bandelette est découpée en autant de micro greffons (contenant un, deux ou trois cheveux) qu’elle peut en contenir. Une fois tous les greffons prélevés, ils sont réimplantés un par un dans la zone dégarnie.

Le capital cheveux est le nombre de cheveux programmé génétiquement pour pousser jusqu’à la fin de notre vie. Ce capital n’est donc pas inépuisable et le nombre possible de greffes est donc limité. Une tête normale contient entre 100 000 et 150 000 cheveux. Une perte de 20 à 75 cheveux par jour est normale.

FUSS
Les différentes techniques de greffe de cheveux :

Apparue il y a presque 50 ans, la technique de la greffe a connu beaucoup d’améliorations, surtout au niveau du résultat esthétique. Il existe plusieurs techniques de prélèvements des greffons et ces techniques ont évolué avec le temps.

Au départ, existaient les macro greffes : on implantait les cheveux par petites touffes. L’intervention était douloureuse et le résultat manquait de naturel. Il y a 20 ans, on a diminué la taille des greffons et introduit les mini greffes, qui ne comptaient plus que 5 à 11 cheveux. Le résultat esthétique s’est amélioré. D’ailleurs, cette méthode est encore employée aujourd’hui dans un certain nombre de cliniques.

Quelques années plus tard, les micro greffes (1 à 4 cheveux) sont apparues. Elles permettaient alors une implantation cheveu par cheveu sur la bordure frontale et donc un résultat esthétique très naturel.

Il y a cinq ans apparaissait la microtransplantation folliculaire. C’est dans la découpe des greffons que se situe la principale amélioration. Contrairement à ce que l’on pense, les cheveux humains ne poussent pas cheveu par cheveu mais souvent par groupe de cheveux. Si l’on utilise une micro-caméra à fort grossissement, on constate que les cheveux poussent par petits paquets de 1 à 4 cheveux. Ces petits groupes de cheveux sont appelés unités folliculaires.

La découpe à l’oeil nu des cheveux dans la zone donneuse risque d’endommager un nombre important d’unités folliculaires. Ainsi de nombreux cheveux sont tout simplement perdus ou détruits pendant cette phase de récolte alors qu’ils sont en fait très vigoureux. Avec le microscope binoculaire stéréoscopique, qui est une innovation importante dans le domaine de la greffe, il est désormais possible de récolter 30 à 50% de cheveux en plus. Ce microscope permet en effet de séparer les greffons par unités folliculaires en respectant les ressources capillaires naturelles du patient.

Cette technique a bouleversé le monde de la greffe car elle permet d’implanter en une seule séance entre 1 500 et 2 500 greffons soit 4 000 à 6 500 cheveux, ce qui a pour conséquence :

- de préserver au maximum le capital cheveux du patient ;

- d’obtenir une densité beaucoup plus importante ;

- de bénéficier de résultats plus rapides et plus naturels et de diminuer les coûts de manière considérable.

La découpe des petites unités folliculaires est tellement minutieuse qu’elle nécessite au moins 8 à 10 infirmières spécialisées et équipées chacune d’un microscope binoculaire stéréoscopique. Malheureusement, le matériel et la main d’oeuvre sont très coûteux et très peu de cliniques offrent cette alternative. .../...

Des résultats esthétiques très naturels

« Ce qui caractérise la microtransplantation folliculaire, c’est avant tout le résultat esthétique obtenu » affirment les spécialistes. Et de préciser que « chaque bordure frontale est le fruit d’une recherche esthétique en parfaite harmonie avec le visage de chaque patient. Le dessin de cette bordure est réalisé par une technicienne qui a suivi un stage spécialisé avec un visagiste confirmé ».

Le premier millimètre de cette bordure est implanté en quinconce, cheveu par cheveu. A partir du second millimètre, le chirurgien et les infirmières implantent uniquement des unités folliculaires de deux cheveux, puis on passe à trois cheveux pour densifier au maximum le dessus de la zone à implanter. Il faut savoir que pour chaque patient, 10 personnes travaillent exclusivement pour lui, dont huit pour la découpe et la préparation des unités folliculaires.

Avec la microtransplantation folliculaire, le patient peut se faire implanter jusqu’à 2 500 unités folliculaires (7 000 cheveux) en une seule séance, ce qui équivaut à 4 ou 5 séances de 500 à 600 micro greffes traditionnelles. « Le prix d’une séance de 2 500 unités folliculaires est seulement une fois et demie plus cher qu’une séance de 500 micro greffes » affirment les chirurgiens de Challeng'Hair qui pratiquent cette technique. Au final c’est donc une économie de 30 à 40% que le patient réalise.

FUSS

La perte des cheveux, chez l’homme ou la femme peut poser des problèmes psychologiques liés à la représentation car la chevelure est un élément essentiel de l’image que nous donnons de nous même. Les cheveux restent synonymes de puissance, de virilité masculine et de séduction féminine. Cela peut entraîner une perte de confiance en soi, le sentiment d’être moins désirable et de vieillir plus vite.

2,5 à 3 millions de français sont prêts à tout pour retrouver leur chevelure. Les deux tiers (65%) des hommes devront faire face au problème de la chute des cheveux et plus d’un tiers (38%) deviendront plus ou moins chauves. Ce que l’on sait moins, c’est que 75% des femmes rencontrent aussi un problème de chute au cours de leur vie. Même si l’alopécie est plus diffuse, elle est caractérisée par des cheveux clairsemés sur l’ensemble du cuir chevelu. Elle peut survenir ponctuellement car elle est souvent due à des facteurs extérieurs, tels que le stress, le surmenage, la prise de certains médicaments, la pollution …


Publié le Vendredi 12 Octobre 2007 dans la rubrique Bien-être | Lu 31644 fois