Sommaire
Senior Actu

FUE, une nouvelle technique pour corriger les calvities débutantes ou moyennes

De tout temps, l’homme a tenté de combattre l’alopécie, cette chute des cheveux sur tout ou partie du cuir chevelu, qui concerne tout de même un monsieur sur deux après 50 ans et 10% de la population féminine. Entre shampoings miracles et lotions antichute, les personnes confrontées à ce problème ont probablement tout essayé pour enrayer cette inéluctable « mécanique »... Pas toujours avec succès. Pourtant, il semblerait qu’une nouvelle technique, la FUE (Follicular Unit Extraction), puisse redonner de l’espoir à un bon nombre d’individus au crâne dégarni.


Même si Fabien Barthez et Bruce Willis ont positivement changé l’image des chauves dans notre société, la majeure partie des personnes concernées par l’alopécie reste désireuse de trouver une solution pour récupérer leur belle chevelure d’antan.

Il suffit de consulter les archives télévisuelles de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) pour constater que de nombreux présentateurs, chanteurs, acteurs, hommes politiques et vedettes de « tout poil » ont réduit en l’espace de quelques mois l’apparition de leur crâne dénudé. Explication : la plupart ont eu recours à la greffe de cheveux.

Revenons donc –rapidement- sur cette technique apparue pour la première fois au Japon dans les années 30 grâce aux premières transplantations réalisées par le docteur Issagawa. Puis, la méthode évolue et se popularise avec le développement en 1952 de la technique du « punch standard » (voir ci-dessous) qui reste prédominante jusque dans les années 1980. Arrive alors la technique de la bandelette, (également connue sous le nom de FUSS – Follicular Unit Strip) qui progresse dans les années 1990 avec la découpe des greffons sous microscope : la bandelette prélevée est ainsi divisée en unités folliculaires qui sont réimplantées à l’aide d’un forceps sur les sites d’implantation créées avec des aiguilles ou des micro-lames. .../...
FUE, une nouvelle technique pour corriger les calvities débutantes ou moyennes

Mais il existe aujourd’hui en France une nouvelle technique, la FUE (Follicular Unit Extraction), qui a tout d’abord été pratiquée en Australie par le docteur Wood avant d’être popularisée par les docteurs William Rassman et Robert Bernstein, puis améliorée par le docteur James Harris.

L’innovation de ce procédé réside dans le prélèvement des greffons avec des punchs d’un millimètre de diamètre. La Clinique Matignon à Paris a été la première en Europe à utiliser des micro-forets de 0.75 mm de diamètre permettant de prélever directement les micro-greffes folliculaires qui sont ensuite placées sur les régions chauves à l’aide d’un « implanter » de 0.80 mm.

Cette technique, qui exige habilité, minutie, entraînement et expérience de la part des praticiens, permet de corriger les calvities débutantes ou moyennes chez l’homme et la femme, de densifier des zones où les cheveux préexistent, de reconstruire les sourcils, de camoufler les cicatrices disgracieuses provenant d’interventions précédentes, de liftings et de retirer les pelades définitives. Elle peut aussi être envisagée en complément de la technique de la bandelette.

Aujourd’hui, il suffit de surfer sur Internet pour constater que la technique FUE est devenue très populaire. Cependant il faut être très vigilant aux imitations et opérateurs qui proposent des variantes de FUE, notamment avec des instruments de diamètre supérieur à 0,75 mm car ils endommagent inévitablement la zone donneuse…

Bibliographie : « FUE, une révolution technique » Editions SOPED

Focus sur les techniques de greffes de cheveux

La technique du « punch standard »-
Principe :
Elle « consiste à prélever des petits cylindres du cuir chevelu d’un diamètre de 3 à 4 mm (soit 20 à 30 cheveux) dans les régions occipitales à l’aide d’un bistouri circulaire et à les transplanter dans les régions chauves » (Cf. thèse du Dr Pierre Bouhanna – Le cuir chevelu : les alopécies définitives et leurs traitements »)
Inconvénients :
La zone donneuse a un aspect « mité » et le résultat est peu naturel avec un effet « cheveux de poupée ».

La technique de la bandelette
Principe :
Une bandelette est prélevée dans la zone occipitale et est ensuite fractionnée sous microscope en micro-greffes de 2 à 5 cheveux. L’avantage de cette technique est qu’elle permet d’implanter un grand nombre de greffons en 2 ou 3 heures.
Inconvénients :
Un grand traumatisme de la zone donneuse (avec une cicatrice non esthétique qui ne permet plus les coupes de cheveux très courtes)

La technique de « micro-prélèvements » : FUE (Follicular Unit Extraction)
Près de 50 ans après les premières greffes, un nouveau cycle commence avec la technique FUE.
Principe :
Elle consiste en un prélèvement et une implantation follicule par follicule sans laisser de cicatrice, grâce à des micro-forets de précision et de diamètre inférieur au millimètre. Les follicules sont ensuite mises dans un « implanter » qui permet de les placer directement sur la zone chauve à corriger. Il s’agit donc d’une technique de grande précision qui exige une grande habilité et surtout une grande expérience de la part du praticien.

Cette technique offre certains avantages : les cicatrices sont pratiquement invisibles sur la zone donneuse ; elle est sans douleur ; les micro-greffons sont parfaitement intégrés dans la zone receveuse, on peut ainsi implanter 50 cheveux par cm² de peau chauve avec un résultat naturel ; moins de perte de follicule en per et post opéraroire ; aucun bilan pré, per ou post opératoire n’est nécessaire et les greffons peuvent être prélevés sur la couronne élargie
Inconvénients :
La contrepartie de ce travail d’orfèvre est dans la durée de l’intervention (6 heures environ) et son coût plus élevé.


Publié le Lundi 16 Octobre 2006 dans la rubrique Bien-être | Lu 21627 fois