Sommaire
Senior Actu

Europe - Législation contre la discrimination sur l’âge, des progrès inégaux


Les Etats Membres ont encore du travail à faire si la lutte contre la discrimination sur l’âge dans l’emploi veut devenir une réalité pour toute l’Europe selon un nouveau rapport de AGE, la Plate-forme Européenne des Personnes Agées .

Et d’ajouter que « l’Europe doit reconnaître que la discrimination à l’égard des seniors pose problème dans plusieurs autres domaines que l’emploi, sur lesquels une réflexion sérieuse doit être menée. »

Lors de sa « Réunion Annuelle sur la législation contre la discrimination sur l'âge » organisée avec l’eurodéputée britannique Liz Lynne, AGE a officiellement lancé deux rapports sur cette discrimination : le Rapport Annuel sur l’état de transposition de la Directive Emploi pour le motif de l’âge, qui examine les progrès des Etats Membres dans la mise en œuvre de la législation convenue par les gouvernements en 2000 sur la discrimination sur l’âge dans l’emploi et la formation, et une nouvelle étude, « Les barrières de l’âge : les expériences discriminantes des personnes âgées dans l’accès aux biens et services » qui examine comment les personnes âgées sont confrontées à la discrimination dans des domaines tels que les soins de santé, l’assurance ou les services financiers.


Un an après la date limite de transposition de la Directive emploi , AGE note des progrès dans la plupart des Etats membres, mais estime que la qualité des mesures proposées reste inégale et pose des problèmes. Un grand nombre d’Etats membres n’ont pas abordé les aspects techniques de la transposition et les conséquences politiques de certains articles clés de la Directive, souligne-t-elle. Très peu ont pris l’initiative de faire campagne sur ces questions et de promouvoir des changements culturels au sein de la société, un point pourtant clé pour lutter efficacement contre la discrimination sur l’âge.

Pour Richard Baker, Président du Groupe d’Expert de AGE contre la discrimination : « La directive emploi est un instrument clé pour permettre aux sociétés européennes de traiter les défis posés par le vieillissement de nos populations et garantir que les travailleurs âgées puissent rester sur le marché du travail. Les Etats membres ont convenu en 2000 du besoin d’une directive et ils devraient garantir que ces questions sont traitées de manière adéquate. L’Europe doit maximiser ses niveaux d’emploi si elle veut atteindre les objectifs de croissance qu’elle s’est donnée, et garantir une société inclusive ».

« Les barrières de l’âge » , le rapport de la plate-forme sur la discrimination dans l’accès aux biens et services relève que trois Etats membres (la Belgique, la Hongrie et l’Irlande) ont décidé d’aller au-delà des exigences minimales de la directive emploi et ont introduit une législation contre la discrimination sur l’âge dans l’accès aux biens et services (comme les soins de santé, les assurances, etc.). La Suède envisage également de suivre cette voie.

Le rapport résume une étude par questionnaire des membres du groupe anti-discrimination de AGE. Il identifie un éventail de domaines où les personnes âgées sont confrontées à des limites d’âge pour accéder aux biens et services. Certains des exemples rapportés signalent des domaines tels que l’éducation, les soins de santé, les assurances, les services financiers et le bénévolat. Le rapport maintient que, alors que la population vieillissante est de plus en plus diverse, l’utilisation des limites d’âge comme facteur réduisant l’accès aux biens et aux services devient de plus en plus difficile à justifier.

Suite aux récents évènements pendant la procédure de nomination de la Commission Européenne et la promesse de nombreuses mesures ambitieuses pour la consolidation du respect des droits de l’Homme en Europe, ces deux rapports demandent à la Commission de conduire une étude complète sur la question et de proposer des mesures concrètes contre la discrimination sur l’âge dans l’accès aux biens et services.

Selon l’eurodéputé britannique Liz Lynne : « L’Union Européenne a déjà joué un rôle moteur en faisant figurer l’âge parmi les motifs de discrimination de la directive emploi. Nous devons continuer à faire pression sur les Etats membres qui n’ont pas encore transposé la directive. La Commission s’est maintenant engagée à mener une étude de faisabilité et à évaluer le besoin d’étendre la portée de la directive emploi au niveau de la directive Race . En ce qui concerne la discrimination sur l’âge, certains cas ne sont que des désagréments pour les personnes, mais d’autres sont ces cas sérieux qui peuvent compromettre la santé, les revenus, ou les niveaux de vie. Il est urgent d’aborder la question ».




Publié le Jeudi 9 Décembre 2004 dans la rubrique Emploi | Lu 3164 fois